• L'Autorité de MASHIAH

     

     

    Frères et soeurs en MASHIAH, j'ai jugé spirituellement cet enseignement digne d'être reçu.Alors je le publie sans rien modifier, ni les noms originaux, ni la forme.Juste pour la gloire de MASHIAH.

    Il n'est pas de moi , comme vous le savez .Mais, je partage pleinement les idées et la recherche.Que ce frère qui a pris son temps pour le monter soit bénie (ETIENNE),ainsi que celui qui me l'a fait connaitre(Jonathan).Bonne lecture... 

     

    L'Autorité de Christ

    (Un encouragement pour les uns, un avertissement pour les autres...)

    Cette étude concerne le respect de l'Autorité de Christ si on peut le définir ainsi.

    Sommaire : A / Aimes-tu Jésus

    B / Jésus-Christ l'Autorité

    C / Toute écriture est inspirée de Dieu (tu le croiras si tu aimes vraiment Jésus)

    D / Qui a écrit toute écriture est inspirée de Dieu ?

    E / Le rapport Christ /Homme et Eglise /Femme

    F / Allons un peu plus loin...

    G / l’Eglise que Jésus viendra chercher sera revêtue de son Autorité

    H / Et l’Autorité mentionnée dans la 1ère épitre aux Corinthiens, qu'en est-il ?

    I / La conséquence du rejet de l’Autorité ? Une transgression suivie d’une condamnation…

    J / La condamnation et la grâce

    K / Les raisons possibles du dénuement de l’Autorité

    L/ Conclusion

     

    A / Aimes-tu Jésus ?

     

    Jean 21 :15

    Après qu’ils eurent mangé, Jésus dit à Simon Pierre ; Simon, fils de Jonas, m’aimes-tu plus que ne m’aiment ceux-ci ? Il lui répondit : Oui, Seigneur, tu sais que je t’aime. Jésus lui dit : Pais mes agneaux.

    Jean 14 :15 et 21

    Si vous m’aimez, gardez mes commandements / Celui qui a mes commandements et qui les garde, c’est celui qui m’aime ; et celui qui m’aime sera aimé de mon Père, je l’aimerai, et je me ferai connaître à lui.

    Pierre a pu répondre à Jésus, « oui, tu sais que je t’aime » parce qu’il gardait les commandements de Dieu. Pierre était Juif, il mettait en pratique la loi de la Thora. Il mettait donc en pratique les commandements que Dieu avait laissé. Les apôtres ont pratiqué les sacrifices que leur demandait la loi jusqu’à ce que Jésus lui-même s’offre en sacrifice. Jésus par son sacrifice avait aboli la loi du sacrifice.

     

    Et toi aimes-tu Jésus ?

    Lévitique 18 : 4-5

    « Vous pratiquerez mes ordonnances et vous observerez mes lois pour y marcher. Je suis l’Eternel, votre Dieu. Vous observerez mes lois et mes ordonnances l’homme qui les pratiquera vivra par elles : je suis l’Eternel. »

    La volonté de Jésus est que nous gardions ces commandements et que nous les mettions en pratique, c’est sa volonté. Seuls ceux qui font la volonté du Père qui est dans les cieux entreront dans le royaume de Dieu.

    Matthieu 7 :21-23

    « Ce n’est pas quiconque me dit : « Seigneur, Seigneur ! » qui entrera dans le royaume des cieux, mais celui qui fait la volonté, de mon Père qui est dans les cieux, Plusieurs me diront en ce

     

    2

    jour-là : « Seigneur, Seigneur, n’est-ce pas en ton nom que nous avons prophétisé, et en ton nom que nous avons chassé des démons, et en ton nom que nous avons fait plusieurs miracles ? » Et alors je leur ferai cette déclaration : Je ne vous ai jamais connus, éloignez-vous de moi, vous qui commettez l’iniquité. »

    Ne pas mettre en pratique les commandements de Dieu, c’est donc commettre l’iniquité, c'est être en transgression.

     

    B / Jésus-Christ l'Autorité

    Matthieu 7 : 29

    « Il enseignait comme ayant autorité »

    Colossiens 2:10

    « Il est le chef de toute autorité »

    Romains 13:1-2

    « Que toute personne soit soumise aux autorités supérieures ; car il n'y a point d'autorité qui ne vienne de Dieu, et les autorités qui existent ont instituées par Dieu. C'est pourquoi celui qui s'oppose à l'ordre que Dieu a établi, et ceux qui résistent attireront une condamnation sur eux-mêmes. »

    Luc 12:5

    « Je vous montrerai qui vous devez craindre, craignez celui qui après avoir tué, a le pouvoir (autorité) de jeter dans la géhenne ; oui je vous le dis c'est lui que vous devez craindre. »

    Sur la base de ces versets, on peut aisément conclure que

    Jésus-Christ est Autorité

    sur toutes les autres autorités

    et que toute autorité n'existe qu'avec son consentement.

     

    C / Toute Ecriture est inspirée de Dieu

     

    2 Timothée 3 : 16-17

    « Toute Ecriture est inspirée de Dieu* et utile pour instruire, pour reprendre, pour redresser, pour corriger selon la justice, afin que l’homme de Dieu soit accompli et propre à toute bonne oeuvre. »

    Apocalypse 22 : 18-19

    « Pour moi j’atteste à tous ceux qui entendent les paroles de la prophétie de ce livre, que si quelqu’un y ajoute quelque chose, Dieu lui ajoutera les fléaux décrits dans ce livre, et que si quelqu’un retranche quelque chose des paroles du livre de cette prophétie, Dieu retranchera sa part de l’arbre de vie et de la ville sainte, qui sont décrits dans ce livre. »

    Deutéronome 4 : 1-2

    3

    « Et maintenant, Israël, écoute les statuts et les lois que je vous enseigne. Mettez-les en pratique, afin que vous viviez et que vous entriez en possession du pays que vous donne l’Éternel, Dieu de vos pères. Ne faites aux commandements que je vous donne, aucune addition, ni aucun retranchement, gardant les commandements de l’Éternel, votre Dieu, que je vous prescris. »

    Proverbes 30 : 5-6

    « Toute parole de Dieu est pure. Il est un bouclier pour ceux qui se confient en Lui. N’ajoute rien à ce qu’il a dit, de peur qu’il ne te châtie, et que tu ne sois convaincu de mensonge. »

    Oui la Parole de Dieu est la Vérité, toute la Parole de Dieu est la Vérité, tous les versets de la Parole disent la Vérité ! Jésus lui-même a dit : « Je suis le Chemin, la Vérité et la Vie. »

    Tu veux marcher sur le Chemin de la Vérité et de la Vie ?

    Mets en pratique les commandements de Dieu.

     

    * D / Qui est celui qui à écrit : toute Ecriture est inspirée de Dieu ?

     

    Celui qui a écrit ce verset de l’Ecriture dans une lettre adressée au jeune Timothée est l’apôtre Paul. Qui est l’apôtre Paul ?

    L’apôtre Paul est celui dont le Seigneur a dit dans Actes 8 : 15-16 et écrit par la main de l’apôtre Luc:

    Actes 8 : 15-16

    « Mais le Seigneur lui dit : « Va, parce que cet homme est pour moi un instrument de choix destiné à porter mon nom devant les Gentils et devant des rois, et devant les fils d’Israël ; car je lui montrerai tout ce qu’il faut qu’il souffre pour mon nom. »

    L’apôtre Paul est celui dont l’apôtre Pierre écrit dans 2 Pierre 3 : 15-17 :

    2 Pierre 3 : 15-17

    « Regardez aussi comme une occasion de salut la patience de notre Seigneur, selon que notre bien-aimé frère Paul, suivant la sagesse qui lui a été donnée, vous l’a aussi écrit comme dans toutes les autres lettres où il parle de ces choses, et où il se trouve quelques points difficiles à comprendre, que les ignorants et ceux qui ne sont pas affermis pervertissent pour leur propre perdition, comme le reste des écritures. Pour vous donc, bien-aimés, que vos prévisions vous mettent sur vos gardes, de peur qu’entraînés par l’égarement des pervers vous ne perdiez votre ferme assiette »

    La suite de cette étude donne l'explication d'un sujet et commandement biblique écrit dans le Nouveau Testament, difficile à comprendre. A savoir aussi que le Nouveau Testament c’est l’ensemble des livres qui témoignent de la Nouvelle Alliance en Jésus-Christ.

    Tout le Nouveau Testament

    =

    Nouvelle Alliance en Jésus-Christ

    4

     

    E / Le rapport Christ /Homme et Eglise /Femme

     

    Genèse 2 : 33

    « Et l'homme dit : Voici celle qui est os de es os et chair de ma chair ! On l'appellera femme, par ce qu'elle a été prise de l'homme »

    On peut voir au travers de ce texte que la femme est une entité à par entière (constituée comme l’homme), mais aussi épouse de l'homme et la continuité du corps de l'homme car formée à partir de son côté.

    Genèse 1:27

    « Dieu créa l'homme à son image, il le créa à l'image de Dieu, il créa l'homme et le femme »

    Dieu a créé l'homme ET la femme à son image car la femme est la continuité de l'homme comme vu dans le verset précédent. Si il n'est pas marqué que la femme a été créée à l'image de Dieu c'est justement pour attirer notre attention sur l'image spirituelle qu'elle représente en plus de l'image de Dieu. Lisons le texte suivant.

    Ephésiens 5 : 22-32

    Dans ce passage, l’apôtre Paul (*inspiré par Dieu…) explique le rapport Christ /Homme et Eglise /Femme. Ce rapport est repris 5 fois sur ces quelques versets :

    « Femmes, que chacune soit soumise à son mari, comme au Seigneur ; car le mari est le chef de la femme, comme Christ est le chef de l’Eglise qui est son corps, et dont il est le Sauveur. Or de même que l’Eglise est soumise à Christ, les femmes aussi doivent l’être à leur mari en toutes choses. Maris, que chacun aime sa femme, comme Christ a aimé l’Eglise, et s’est livré lui-même pour elle, afin de la sanctifier en la purifiant et en la lavant par l’eau de la parole, pour faire paraître devant lui cette Eglise glorieuse, sans tâche, ni ride, ni rien de semblable, mais sainte et irréprochable. C’est ainsi que le mari doit aimer sa femme comme son propre corps. Celui qui aime sa femme s’aime lui-même. Car jamais personne n’a haï sa propre chair, mais il en prend soin et il la nourrit, comme Christ le fait pour l’Eglise parce que nous sommes membres de son corps. C'est pourquoi, l'homme quittera son père et sa mère et s'attachera à sa femme, et les deux deviendront une seule chair. Ce mystère est grand ; je dis cela par rapport à Christ et à l'Eglise »

    Versets 22 et 24 : l'Eglise est soumise à Christ ET la femme est soumise au mari « Femmes, que chacune soit soumise à son mari, comme au Seigneur ; Or de même que l’Eglise est soumise à Christ, les femmes aussi doivent l’être à leur mari en toutes choses.

    Verset 23 : Christ est le chef de l'Eglise ET l'homme est le chef de la femme « car le mari est le chef de la femme, comme Christ est le chef de l’Eglise qui est son corps, et dont il est le Sauveur. »

    Versets 25-28 : Christ aime son Eglise ET le mari doit aimer sa femme « Maris, que chacun aime sa femme, comme Christ a aimé l’Eglise, et s’est livré lui-même pour elle, afin de la sanctifier en la purifiant et en la lavant par l’eau de la parole, pour faire paraître devant lui cette Eglise glorieuse, sans tâche, ni ride, ni rien de semblable, mais sainte et irréprochable. C’est ainsi que le mari doit aimer sa femme comme son propre corps. Celui qui aime sa femme s’aime lui-même. »

    Versets 28- 30 : Christ nourrit et prend soin de son Eglise ET l'homme doit nourrir et prendre soin de sa femme. « Car jamais personne n’a haï sa propre chair, mais il en prend soin et il la nourrit, comme Christ le fait pour l’Eglise parce que nous sommes membres de son corps. »

    5

    Versets 31-32 : Christ revient chercher son Eglise pour s'unir à elle ET l'homme quitte son père et sa mère pour s'unir à son épouse. « C'est pourquoi, l'homme quittera son père et sa mère et s'attachera à sa femme, et les deux deviendront une seule chair. Ce mystère est grand ; je dis cela par rapport à Christ et à l'Eglise »

    Cela veut donc dire que l’homme et sa femme chacun dans leur rôle, représentent de façon imagée le Seigneur pour l’homme et l’Eglise pour la femme. Si ils représentent, ils sont donc l’image. L’homme est l’image du Seigneur et la femme est l’image de l’Eglise (il faut bien re-préciser qu'elle aussi a été créée à l'image de Dieu).

    Donc l'image spirituelle que représente la femme

    Avant (ou en plus) de l'image de Dieu,

    c'est l'image de l'Eglise, corps de Christ et Epouse de Christ.

    Si donc on a bien compris, cela veut donc dire aussi que l’Eglise est aussi destinée à devenir épouse du Christ, lors son enlèvement par son Seigneur qui est sur le point d’arriver. Elle termine donc de se préparer à sa rencontre.

    (Voir aussi 1 Pierre 3 : 5-6)

    Apocalypse 19 : 7

    « Réjouissons-nous et soyons dans l’allégresse, et donnons-lui gloire ; car les noces de l’Agneau sont venues, et son épouse s’est préparée, »

    Tu ne crois pas que cela est vrai ? Alors pourquoi encore l’Epoux appelle-t-il le peuple juif, la Vierge d’Israël ? Serait ce simplement un hasard ?

    Jérémie 18 : 13

    « C'est pourquoi ainsi parle l'Éternel: Interrogez les nations! Qui a jamais entendu pareilles choses? La vierge d'Israël a commis d'horribles excès. »

    Jérémie 31 : 4 / 21

    « Je te rétablirai encore, et tu seras rétablie, Vierge d'Israël! Tu auras encore tes tambourins pour parure, Et tu sortiras au milieu des danses joyeuses »

    « Dresse des signes, place des poteaux, Prends garde à la route, au chemin que tu as suivi... Reviens, vierge d'Israël, Reviens dans ces villes qui sont à toi! »

    Joël 5 : 2

    « Elle est tombée, elle ne se relèvera plus, La vierge d'Israël; Elle est couchée par terre, Nul ne la relève. »

     

    F / Allons un peu plus loin...

     

    Genèse 24 : 62 – 67

    « Cependant Isaac était revenu du puits de Lachaï-roï, et il habitait dans le midi. Un soir qu’Isaac était sorti

    6

    méditer dans les champs, il leva les yeux, et regarda ; et voici des chameaux arrivaient. Rebecca leva aussi les yeux, vit Isaac, et descendit de son chameau. Elle dit au serviteur : Qui est cet homme qui vient des champs à notre rencontre ? Et le serviteur répondit : c’est mon seigneur. Alors elle prit son voile et se couvrit. Le serviteur raconta à Isaac toutes les choses qu’il avait faites. Isaac conduisit Rebecca dans la tente de Sara sa mère ; il prit Rebecca, qui devint sa femme, et il l’aima. Ainsi fut consolé Isaac, après avoir perdu sa mère. »

    Sur la base du rapport Christ / Homme et Eglise / Femme justifié par les Ecritures précédemment, je vais me permettre de retourner l’image et de remplacer les termes Isaac par Seigneur et Rebecca par Eglise du passage tiré de Genèse 24 : 62-67.

    « Cependant Seigneur était revenu du puits de Lachaï-roï, et il habitait dans le midi. Un soir que Seigneur était sorti méditer dans les champs, il leva les yeux, et regarda ; et voici des chameaux arrivaient. Eglise leva aussi les yeux, vit Seigneur, et descendit de son chameau. Elle dit au serviteur : Qui est cet homme qui vient des champs à notre rencontre ? Et le serviteur répondit : c’est mon Seigneur. Alors elle prit son voile et se couvrit. Le serviteur raconta à Seigneur toutes les choses qu’il avait faites. Seigneur conduisit Eglise dans la tente de Sara sa mère ; il prit Eglise, qui devint sa femme, et il l’aima. Ainsi fut consolé Seigneur, après avoir perdu sa mère. »

    Rien à voir bien sur avec le voile du temple, qui sépare le lieu saint du lieu très saint. Voile du péché (OU voile conséquence du péché) sur nos coeurs qui nous sépare de Dieu. Voile qui peut aussi représenter l’abîme entre le paradis et la géhenne. Voile que l’on peut associer aux lectures suivantes :

    2 Corinthiens 3 : 12-16 / Actes 9 : 18 / …

    Tiens, tiens, tiens...

    N’est ce pas plus que surprenant ? Rébecca se couvre avec son voile à l’approche d’Isaac ou encore Eglise se couvre avec son voile à l’approche de Seigneur.

    Jacques 4 : 8

    « Approchez-vous de Dieu et Il s’approchera de vous »

    Isaac s’est approché de Rébecca lorsque qu’il l’a vu venir à sa rencontre. Dieu s’approche de nous, lorsque nous venons à sa rencontre.

    Un autre texte tiré du Cantiques des Cantiques reprend cette image où Rébecca s’avance vers Isaac.

    Cantiques des Cantiques 3 : 1-4 « Sur ma couche, pendant les nuits, j’ai cherché celui que mon coeur aime ; je l’ai cherché et je ne l’ai point trouvé… Je me lèverai, et je ferai le tour de la ville, dans les rue et sur les places ; je chercherai celui que mon coeur aime… Je l’ai cherché et je ne l’ai point trouvé. Les gardes qui font la ronde m’ont rencontré : avez-vous vu celui que mon coeur aime ? A peine les avais-je dépassé, que j’ai trouvé celui que mon coeur aime ; je l’ai saisi et je ne l’ai point lâché jusqu’à ce que je l’ai amené dans la maison de ma mère, dans la chambre de celle qui l’a conçue. » La jolie Sulamithe a tellement envie de voir son bien-aimé, qu’elle sort le chercher dans la ville. Pour sortir elle doit se vêtir de ses vêtements, elle s’est donc revêtue de ses vêtements avant même l’arrivée de son fiancé et elle s’approche de lui. Elle a fait le choix de s’approcher.

     

    G / l’Eglise que Jésus viendra chercher sera revêtue de son Autorité

     

    7

    Si tel est le cas alors de quoi l’Eglise doit elle se voiler ? Ou permettez-moi de ré-exprimer ma phrase, de quoi l’Eglise est-elle revêtue ou doit-elle se revêtir ?

    Romains 13 : 14

    « Mais revêtez-vous (vous = Eglise (composée d’hommes et de femmes)) du Seigneur Jésus-Christ, et n’ayez pas soin de la chair pour satisfaire les convoitises »

    Galates 3 : 26-27

    « Car vous (vous = Eglise (composée d’hommes et de femmes)) êtes tous fils de Dieu par la foi en Jésus-Christ, vous tous qui avez été baptisés en Christ, vous avez revêtu Christ. »

    L’homme étant généralement plus grand que la femme, lorsqu’il l’entoure de ses bras, on pourrait presque dire qu’il la revêt de sa présence. Il l’ « entoure » de ses bras d’ « amour ». En l’entourant ainsi, on peut dire qu’il déploie son amour sur elle.

    C’est pour cela qu’il est écrit lorsque la Sulamithe s’exprime dans le Cantique des Cantiques :

    Cantiques des Cantiques 2 : 4 :

    « Et la bannière qu’il déploie sur moi, c’est l’amour »

    Et c’est toujours pour la même raison que Paul inspiré par le Saint-Esprit écrira aux Ephésiens :

    Ephésiens 5 : 25-30

    « Maris, que chacun aime sa femme, comme Christ a aimé l’Eglise, et s’est livré lui-même pour elle, afin de la sanctifier en la purifiant et en la lavant par l’eau de la parole, pour faire paraître devant lui cette Eglise glorieuse, sans tâche, ni ride, ni rien de semblable, mais sainte et irréprochable. C’est ainsi que le mari doit aimer sa femme comme son propre corps. Celui qui aime sa femme s’aime lui-même. Car jamais personne n’a haï sa propre chair, mais il en prend soin et il la nourrit, comme Christ le fait pour l’Eglise parce que nous sommes membres de son corps. »

    Une Eglise sans tâche ni ride parce qu'elle aura accepté de se laisser couvrir par l'amour de Christ.

    Deutéronome 8:4

    « Ton vêtement ne s'est point usé sur toi, et ton pied ne s'est point enflé, pendant ces quarante années »

    Christ désire nous couvrir en déployant son amour sur nous, dans le livre prophétique d’Esaïe, il est écrit :

    Esaïe 11 : 10

    « En ce jour, le rejeton d’Isaï sera là comme une bannière pour les peuples ; les nations se tourneront vers Lui, et la gloire sera sa demeure. »

    Ou encore cet autre verset qui montre bien que le Seigneur souhaite déployer son amour sur nous:

    Matthieu 23 : 37

    8

    « Jérusalem, Jérusalem, qui tues les prophètes et qui lapides ceux qui te sont envoyés, combien de fois ai-je voulu rassembler tes enfants, comme une poule rassemble ses poussins sous ses ailes, vous ne l’avez pas voulu ! »

    Comment une poule pourrait-elle mieux montrer son amour envers ses poussins, sinon en déployant ses ailes sur ses poussins par amour pour eux pour les protéger du danger ? Dites-le moi ?!

    Alors…

     

    H / Et l’Autorité de la 1ère épitre aux Corinthiens 11, qu'en est-il ?

     

    L’homme représente Christ nous sommes bien d’accord ? La femme représente l’Eglise nous sommes bien d’accord (en continuité de l'image de Christ bien sûr) ? Or si l’Eglise doit se revêtir de Christ, cela voudrait donc dire que la femme doit se revêtir de son mari, n’est ce pas ? Oui mais alors comment la femme pourrait-elle se revêtir de son mari lorsqu’elle prie ou qu’elle prophétise ? C’est impossible, me direz-vous ! Oui et je vous le confirme c’est impossible ! Mais gloire soit rendue à Dieu à qui tout est possible. Cela est rendu possible de manière symbolique, par le port du voile. C’est pour cela que Paul écrit sous l’inspiration de Dieu :

    1 Corinthiens 11 : 10

    « C’est pourquoi la femme

    à cause des anges, doit avoir sur la tête une marque de l’autorité dont elle dépend. »

    Et cette autorité est son mari car il est écrit

    Ephésiens 5 : 22-30

    « Femmes, que chacune soit soumise à son mari, comme au Seigneur ; car le mari est le chef de la femme, comme Christ est le chef de l’Eglise qui est son corps, et dont il est le Sauveur. »

    Et qu’il ajoute aussi, dans cette autre lettre :

    1 Corinthiens 11 : 11

    « Toutefois dans le Seigneur, la femme n’est point sans l’homme, ni l’homme sans la femme »

    Logique puisque l’Eglise épouse de Christ est composée d’hommes ET de femmes…

    Logique, le port du voile, à cause des anges, puisque la femme représente l’Eglise qui se revêt de Christ.

    Autres significations du voile :

    le voile est aussi la représentation du sang de Christ répandu sur nos péchés, qui couvre nos péchés, qui efface nos péchés Exode 24 : 7-8 « Il prit le livre de l'alliance, et le lut en présence du peuple ; ils dirent : ils dirent : nous ferons tout ce que l'Eternel a dit et nous obéirons. Moïse prit le sang, et il le répandit sur le peuple en disant : voici le sang de l'alliance que l'Eternel a faite avec vous selon toutes ces paroles. » Colossiens 2:15 « Il a effacé l'acte dont les ordonnances nous condamnait et qui subsistait contre

    9

    nous, ... »

    le voile est aussi la représentation de la Lumière que l'on place sur un chandelier Jean 8:12 « Je suis la Lumière du monde » Mathieu 5:14 « Vous êtes la lumière du monde » Matthieu 5:15-16 « Et on n’allume pas une lampe pour la mettre sous le boisseau, mais on la met sur le chandelier et elle éclaire tout ceux qui sont dans la maison. Que votre lumière luise ainsi devant les hommes, afin qu'ils voient vos bonnes ?oeuvres, et qu'ils glorifient votre Père qui est dans les cieux. »

    le voile est aussi la représentation des robes sans tâches qui ont été lavées dans le sang de l'Agneau Apocalypse 6:11 « Une robe blanche leur fut donnée à chacun d'eux » Apocalypse 7: 13-14 « Et l'un des vieillards prit la parole et me dit : ceux qui sont vêtus de robes blanches, qui sont-ils et d'où sont-ils venus ? Je lui dis : Mon seigneur tu le sais. Et il me dit : ce sont ceux qui viennent de la grande tribulation ; ils ont lavé leur robe, et ils les ont blanchies dans le sang de l'Agneau » Romains 13:14 « Mais revêtez-vous du Seigneur Jésus-Christ »

    Enfin, information très importante, l'explication qui nous est donnée à propos du voile est écrite dans le Nouveau Testament et non dans l'Ancien Testament,

    le voile fait donc partie plus que jamais

    de la Nouvelle Alliance

    et son sens est bien fort que dans l'Ancienne Alliance.

    Si donc le voile représente Jésus-Christ, il est alors aussi pour les païens une interpellation qui leur montre :

    l'Autorité (suprême) le Chemin (du salut) la Vérité (de la Parole) la Lumière (qui éclaire nos vies) la Vie (qui prend sa source en Christ) le Sang de l'Agneau (répandu pour nos péchés) la robe blanche (sans laquelle nous ne pourrons participer aux noces éternelles) la Croix de Golgotha (ou le clin d’oeil de Dieu  *)

    La Croix de Golgotha

    La Croix de Golgotha est certainement une des plus belles images que le Seigneur ait pu nous laisser. En voici une petite explication.

    Golgotha veut dire en français « Crâne » car en effet le mont Golgotha ressemble à un crâne. Ce mont peut représenter deux choses qui sont les suivantes, la tête de Satan et le péché qui souille l’être humain. Explication.

    - La tête de Satan car il est écrit :

    Genèse 3 : 15

    10

    « Et je mettrai inimitié entre toi et la femme, entre ta postérité et sa postérité ; cette postérité te meurtrira à la tête, et toi tu la meurtriras au talon. »

    La Parole déclare que la postérité de la femme écrasera la tête de Satan. Jésus-Christ est issu de la postérité d’Eve et de la lignée directe d’Adam. C’est donc cette postérité qui devait écraser la tête de Satan. Cette prophétie qui datait de la Genèse s’est accomplie lors du sacrifice de Jésus à la croix. Et la Croix sur laquelle à été crucifié le Fils de Dieu a été enfoncée sur ce mont. Le Fils de Dieu a vaincu en laissant les hommes écraser le crâne de Golgotha ou la tête de Satan lorsqu’ils ont enfoncé cette croix sur le mont Golgotha. La prophétie de la Genèse venait de s’accomplir à cet instant là…

    - Le péché car La Parole déclare aussi

    Romains 6 :23

    « Car le salaire que paie le péché, c’est la mort, mais le don gratuit de Dieu, c’est la vie éternelle en Christ-Jésus notre Seigneur. »

    Depuis la genèse jusqu’à aujourd’hui, le salaire du péché c’est la mort, la mort éternelle, mais aussi la mort physique. Bien souvent cette mort (éternelle ou physique) est représentée par un crâne.

    Le péché a contaminé le monde passé et actuel, ce péché est symbolisé par un crâne dans une montagne. Ce péché, le Fils de Dieu l’a vaincu en laissant les hommes écraser le crâne de Golgotha lorsqu’ils ont enfoncé cette croix sur le mont Golgotha.

    Car ce crâne, c’est aussi nos êtres ; corps, âme et esprit destinés à la mort éternelle. Mais en reconnaissant Jésus-Christ comme notre Sauveur et Seigneur, nous le laissons écraser la mort éternelle en nous. Car le sang de Jésus-Christ à coulé sur cette croix, pour finalement couler aussi sur le sol de Golgotha. Le Sang de Jésus-Christ a coulé, il s’est répandu sur nos têtes, il a recouvert nos têtes. C’est pour cela qu’il est écrit :

    Galates 2 : 20

    « J’ai été crucifié avec Christ »

    Galates 5 : 24

    « Ceux qui sont à Jésus-Christ ont crucifié la chair avec ses passions et ses désirs »

    Galates 6 : 6

    « Sachant que notre vieil homme a été crucifié avec lui, afin que le corps du péché soit réduit à l’impuissance »

    Colossiens 2:15

    « Il a effacé l'acte dont les ordonnances nous condamnait et qui subsistait contre nous, ... »

    Psaumes 51 : 9

    « Avec l’hysope fais sur moi l’expiation, afin que je devienne pur ! Laves-moi, pour que je sois plus blanc que la neige ! »

    Romains 13:14

    « Mais revêtez-vous du Seigneur Jésus-Christ »

    11

    Exode 24 : 7-8 « Il prit le livre de l'alliance, et le lut en présence du peuple ; ils dirent : ils dirent : nous ferons tout ce que l'Eternel a dit et nous obéirons. Moïse prit le sang, et il le répandit sur le peuple en disant : voici le sang de l'alliance que l'Eternel a faite avec vous selon toutes ces paroles. »

    Refuser de se revêtir du voile, signifierait symboliquement que l’Eglise refuse de se revêtir de Christ. C’est comme si la femme refusait l’amour de son mari. C’est comme si l’Eglise refusait l’Amour de son Seigneur qui par amour s’est sacrifié pour elle. C'est comme si elle refusait l'Autorité de Christ, et en refusant l'Autorité de Christ elle se place sous la condamnation car elle est en transgression.

    C’est comme si elle rendait INUTILE

    le SACRIFICE d’AMOUR de son Seigneur

    à la Croix du calvaire !

    Cet amour dont il désire nous entourer si parfaitement…

    Or nous sommes donnés en spectacle aux anges !

    1 Corinthiens 4 : 9

    «Car Dieu il me semble, a fait de nous apôtres, les derniers des hommes, des condamnés à mort en quelque sorte, puisque nous avons été donnés en spectacle au monde, aux anges et aux hommes »

    Si donc rejeter le voile est rejeté, occulté ou ignoré, c’est donc l’Autorité de Christ qui est rejetée.

     

    I / La conséquence du rejet du voile ? Une transgression suivie d’une condamnation…

     

    1 Corinthiens 11 : 10

    « C’est pourquoi la femme à cause des anges, doit avoir sur la tête une marque de l’autorité dont elle dépend. »

    Ephésiens 5 : 22-30

    « Femmes, que chacune soit soumise à son mari, comme au Seigneur ; car le mari est le chef de la femme, comme Christ est le chef de l’Eglise qui est son corps, et dont il est le Sauveur. Or de même que l’Eglise est soumise à Christ, les femmes aussi doivent l’être à leur mari en toutes choses.

    La femme porte donc sur sa tête une marque d’Autorité qui se doit d’être une bannière d’Amour et non autre chose, cette Autorité EST Amour. Cette marque d’Autorité est justifiée par le fait que Christ est le chef de l’Eglise et donc que l’homme est le chef de la femme, homme qui se doit de déployer la bannière de l’Amour sur sa femme jusqu’au sacrifice de sa vie et qui est représentée par le voile, comme Christ l’a fait pour l’Eglise.

    Dieu étant Amour, « Car Dieu a tant aimé le monde, qu’il nous a donné son Fils afin que quiconque croit en Lui ne périsse point mais ait la vie éternelle (Jean 3 : 16)», cette « Autorité de l’Amour » a donc été instituée

    12

    par Dieu.

    Si donc une femme refuse de se laisser revêtir de la bannière de l’Amour, elle est en transgression, la conséquence première est l’attente prochaine d’une condamnation.

    Timothée 2 : 11-14

    « Adam n’a pas été séduit, mais la femme séduite s’est rendue coupable de la transgression. »

    La femme représentant l’Eglise, composée d’hommes et de femmes, tout homme ou toute femme refusant une quelconque autorité instituée (par Dieu ou permise par Dieu) est en transgression ; on ne peut donc pas mentionner ce verset pour cibler uniquement la transgression de la femme, car l’homme en se taisant est encore plus responsable qu’elle. Je répète :

    On ne peut mentionner ce verset

    pour cibler uniquement la transgression de la femme,

    car l’homme en se taisant est encore plus responsable qu’elle

    Romains 13 :1-5

    « Que toute personne soit soumise aux autorités supérieures ; car il n’y a point d’autorité qui ne vienne de Dieu, et les autorités qui existent ont été instituées de Dieu. C’est pourquoi celui qui s’oppose à l’autorité résiste à l’ordre que Dieu a établi, et ceux qui résistent attireront une condamnation sur eux-mêmes. Ce n’est pas pour une bonne action, c’est pour une mauvaise, que les magistrats sont à redouter. Veux-tu ne pas craindre l’autorité ? Fais le bien et tu auras son approbation. Le magistrat est serviteur de Dieu pour ton bien. Mais si tu fais le mal, crains ; car ce n’est pas en vain qu’il porte l’épée, étant serviteur de Dieu pour exercer la vengeance et punir celui qui fait le mal. Il est donc nécessaire d’être soumis, non seulement par crainte de la punition, mais encore par motif de conscience.

    Cette condamnation, c’est le retrait de la protection divine sur nos vies, c’est le retrait de la protection divine sur une partie des membres de l'Eglise qui la composent. Car il est écrit :

    Cantiques des Cantiques 5 : 2-8

    « J’étais endormie, mais mon coeur veillait… C’est la voix de mon bien-aimé qui frappe :

    - Ouvres-moi, ma soeur, mon amie, ma colombe, ma parfaite ! Car ma tête est couverte de rosée, mes boucles sont pleines des gouttes de la nuit.

    - J’ai ôté ma tunique ; comment la remettrais-je ? J’ai lavé mes pieds ; comment les salirais-je ?

    Mon bien-aimé a passé la main par la fenêtre, et mes entrailles se sont émues pour lui. Je me suis levée pour ouvrir à mon bien-aimé ; et de mes mains a dégoutté la myrrhe, de mes doigts, la myrrhe s’est répandue sur la poignée du verrou. J’ai ouvert à mon bien-aimé ; mais mon bien-aimé s’en était allé, il avait disparu. J’avais le souffle coupé, quand il me parlait. Je l’ai cherché mais je ne l’ai point trouvé ; je l’ai appelé et il n’a point répondu. Les gardes qui font la ronde mon rencontré ; ils m’ont frappé, ils m’ont blessé ; ils m’ont enlevé mon voile, les gardes des murs. Je vous en conjure, filles de Jérusalem, si vous trouvez mon bien-aimé, que lui direz-vous ?… Que je suis malade d’amour. »

    Salomon, qui est un type de Christ dans ce livre, va à la rencontre de sa bien aimée et frappe à sa porte ; de la même manière le livre de l’Apocalypse nous rapporte que Christ se tient à la porte et qu’Il frappe. Apocalypse 3 : 20

    13

    « Voici, je me tiens à la porte, et je frappe. Si quelqu’un entend ma voix et ouvres la porte, j’entrerai chez lui, je souperai avec lui, et lui avec moi. »

    Cantiques des Cantiques 5 : 2

    « J’étais endormie, mais mon coeur veillait… C’est la voix de mon bien-aimé qui frappe : Ouvres-moi, ma soeur, mon amie, ma colombe, ma parfaite ! Car ma tête est couverte de rosée, mes boucles sont pleines des gouttes de la nuit.» Seulement notre jolie Sulamithe, n’ouvres pas la porte de suite, elle l’ouvre même trop tard car lorsqu’elle ouvre sa porte, la porte de son coeur, son bien-aimé est parti… Elle n’ouvre pas sa porte car elle a ôté sa tunique. Or il est écrit : Proverbes 22 : 31 « Elle se fait des couvertures, elle a des vêtements de fin lin et de pourpre »

    Romains 13:14

    « Mais revêtez-vous du Seigneur Jésus-Christ » La jolie Sulamithe aussi jolie soit elle ne s’est pas revêtue de sa tunique, elle ne s’est pas revêtue de Jésus-Christ, elle ne s’est pas revêtue de son bien-aimé. Et pourtant elle veillait ! Mais elle veillait sans s’être REVÊTUE de vêtements « pourpres ». Et lorsque finalement elle se décide à lui ouvrir, il est trop tard car son cher bien-aimé, Salomon, est parti, il a disparu… Elle le cherche, elle l’appelle ! Elle ne le trouve pas… Salomon ne répond pas ! Jésus-Christ l’époux, ne répondra pas à ceux qui n’auront pas ouvert la porte de leur coeur, à ceux qui ne se seront pas revêtu du sang de l’Agneau.

    Cantiques des Cantiques 5 : 6 « J’ai ouvert à mon bien-aimé ; mais mon bien-aimé s’en était allé, il avait disparu. J’avais le souffle coupé, quand il me parlait. Je l’ai cherché mais je ne l’ai point trouvé ; je l’ai appelé et il n’a point répondu. » Quelle doit être sa crainte ! Elle vient de perdre son bien-aimé, elle crie à lui mais il ne répond pas ! Il en sera de même le jour ou l’Epoux viendra chercher son Epouse, pour tous ceux qui resteront sur la terre. Il sera trop tard.

    Matthieu 25 : 1–12

    « Alors le royaume des cieux sera semblable à dix vierges qui, ayant pris leurs lampes, allèrent à la rencontre de l’époux. Cinq d’entre elles étaient folles, et cinq sages. Les folles en prenant leurs lampes ne prirent point d’huile avec elles ; mais les sages prirent avec leurs lampes de l’huile dans des vases. Comme l’époux tardait, toutes s’assoupirent et s’endormirent. Au milieu de la nuit, on cria : Voici l’époux, allez à sa rencontre ! Alors toutes ces vierges se réveillèrent, et préparèrent leurs lampes. Les folles dirent aux sages : donnez-nous de votre huile car nos lampes s’éteignent. Les sages répondirent : non,

    14

    il n’y en aurait pas assez pour nous et pour vous ; allez plutôt chez ceux qui en vendent et achetez-en pour vous. Pendant qu’elles allaient en acheter, l’époux arriva ; celles qui étaient prêtes entrèrent avec lui dans la salle des noces, et la porte fut fermée. Plus tard, les autres vierges vinrent, et dirent : Seigneur, Seigneur, ouvres-nous. Mais il répondit : Je vous le dis en vérité, je ne vous connais pas. »

    Les dix vierges vont à la rencontre de l’Epoux, elles s’approchent de l’Epoux, et comme leur nom l’indique, elles sont toutes vierges, ce qui signifie qu’elles s’étaient préservées de la débauche, de l’adultère. Seulement, ne peuvent s’approcher de l’Epoux que celles qui sont revêtues de la Lumière comme Rébecca prit son voile et s’en couvrit. Parce qu’elles s’approchent, l’Epoux s’approche et Il ne fait entrer que celles qui au moment où Il s’est approché, étaient revêtues de la Lumière produite par l’huile. Les cinq autres vierges qui pourtant étaient vierges ont été rejetées ! De la même manière que les gardes ont ôté le voile de la Sulamithe aussi jolie soit elle.

    Cantiques des Cantiques 5 : 7 « Les gardes qui font la ronde mon rencontré ; ils m’ont frappé, ils m’ont blessé ; ils m’ont enlevé mon voile, les gardes des murs. » Notre jolie Sulamithe, en plein désespoir court après son bien-aimé dans la ville ou règne le roi Salomon, seulement cette fois-ci les gardes qui font la ronde ne la reconnaissent pas, ils la frappent, ils la blessent et ils lui ôtent son voile. Les gardes de la ville de Jérusalem qui sont-ils ? Dans ce poème romantique les gardes sont au service de Salomon. Ces mêmes gardes l’avaient très certainement vu saisir Salomon (Cantiques des Cantiques ch. 3)! Et pourtant… ils la frappent et la blessent ! Salomon étant un type de Christ dans ce poème, les anges ne seraient-ils pas les gardes du Royaume des Cieux ?! Et la première fois que les gardes rencontrent la Sulamithe, ils ne lui font rien. Pourquoi ? Tout simplement parce qu’elle était déjà prête, elle était prête avant que Salomon ne vienne même frapper à sa porte, la jolie Sulamithe était revêtue. Mais cette fois-ci, elle avait fait le choix d’enlever sa tunique, elle n’a pas voulu rester revêtue…

    Matthieu 23 : 37-38

    « Jérusalem, Jérusalem, qui tues les prophètes et qui lapides ceux qui te sont envoyés, combien de fois ai-je voulu rassembler tes enfants, comme une poule rassemble ses poussins sous ailes, vous ne l’avez pas voulu ! Voici votre maison vous sera laissée déserte ; car je vous le dis, vous ne me verrez plus désormais, jusqu’à ce que vous disiez : béni soit celui qui vient au nom du Seigneur !»

    Les Psaumes 91:1

    « Celui qui demeure sous l'abri du Très Haut repose à l'ombre du Tout Puissant ».

    Lorsque la poule rassemble les poussins sous ses ailes, elle peut les protéger de la pluie, du soleil, des dangers éventuels, c’est une véritable protection pour ses petits êtres fragiles, c’est un abri sûr. De même la Bible nous rapporte par le prophète David que « Celui qui demeure sous l'abri du Très Haut repose à l'ombre du Tout Puissant ». Quel abri sûr ! Quelle protection pour les enfants de Dieu ! Donc par opposition, Celui qui ne demeure pas sous l’abri du Très-Haut ne repose pas à l’ombre du Tout-Puissant. Or cette protection c’est la bannière de l’amour que Jésus-Christ déploie sur son Eglise, symbolisée là encore par le voile porté par la femme qui elle-même symbolise l’Eglise. Donc en retirant ce voile, la femme dans son intention (consciente ou pas) se défait de la protection de son mari. La « présence d’amour », « l’abri de son mari » sous lesquels elle reposait ne sont plus, puisqu’elle ne veut plus les porter. J’insiste sur le fait que si elle le fait consciemment c’est comme si elle ne veut plus, elle le choisit. Car il est écrit :

    Matthieu 23 : 37-38

    15

    « Jérusalem, Jérusalem, qui tues les prophètes et qui lapides ceux qui te sont envoyés, combien de fois ai-je voulu rassembler tes enfants, comme une poule rassemble ses poussins sous ailes, vous ne l’avez pas voulu ! Voici votre maison vous sera laissée déserte ; car je vous le dis, vous ne me verrez plus désormais, jusqu’à ce que vous disiez : béni soit celui qui vient au nom du Seigneur !» Quand sera-t-il de toi lorsque Jésus viendra chercher son Epouse, seras-tu revêtu ou dévêtu ? Feras-tu partie des vierges sages ou bien des vierges folles ?

     

    J/ La condamnation et la grâce Petit rajout à propos de la condamnation, car nous sommes tout de même dans le temps de la grâce…

     

    Il est écrit par exemple « aimes ton prochain comme toi-même » et c’est un commandement que le Seigneur nous enseigne n’est ce pas ? Donc si je ne pardonne pas à mon prochain qui peut m’offenser, je suis condamnable, n’est ce pas ? À moins que ce ne soit une broutille, on oublie ou le temps nous fait oublier et Dieu nous fait certainement grâce mais quand c’est quelque chose de plus grave souvent notre conscience, que Dieu a placé en nous, nous reprend et nous ne sommes pas en paix, et je ne pardonne pas alors que je connais la vérité, alors là sauf erreur de ma part il y a des chances que je sois condamnable. Ce que je veux donc dire c’est que je pense qu’il ne vaut mieux pas jouer avec la grâce de Dieu car d’un côté il y la grâce et de l’autre côté, la justice… Donc pour en revenir au voile, et au verset en question, le texte emploi le verbe « doit » qui a quand même un sens d’obligation…

     

    K/ Les raisons possibles du dénuement de l’Autorité : la séduction (consciente), une erreur de traduction et l’ignorance

    La séduction

    Mais pourquoi ne veut-elle pas porter le voile ? Pourquoi l’Eglise ne veut-elle pas se revêtir de l’amour de Jésus-Christ comme d’un voile ? Parce qu’elle s’est tout simplement laissée séduire. Car là encore il est écrit :

    Timothée 2 : 11-14

    « Adam n’a pas été séduit, mais la femme séduite s’est rendue coupable de la transgression. »

    « Christ n’a pas été séduit, mais l’Eglise (ou « église ? ») séduite (tout ou partie de ses membres) s’est rendue coupable de la transgression »

    Par quoi et par qui un enfant de Dieu peut-il se laisser séduire, même parfois inconsciemment, pour devenir malheureusement un enfant de la rébellion si il ne revient pas de sa mauvaise voie ? La réponse est simple par celui qui séduit, donc le séducteur et ses troupes de séducteurs. En effet il est écrit :

    1 Timothée 4:1

    « Mais l'Esprit dit expressément que, dans les derniers temps, quelques-uns abandonneront la foi, pour s'attacher à des esprits séducteurs et à des doctrines de démons, »

    2 Jean 1:7

    16

    « Car plusieurs séducteurs sont entrés dans le monde, qui ne confessent point que Jésus Christ est venu en chair. Celui qui est tel, c'est le séducteur et l'antéchrist. »

    Cette séduction est le fait de dire que le port du voile à cette époque était quelque chose de culturel. Depuis quand un passage de la Bible laisse prédominer l’environnement culturel au détriment de son sens spirituel ? Avant d’affirmer que le port du voile était une pratique culturelle, ne vaut-il pas mieux méditer sur sa signification et le pourquoi de son port ?

     

    Une erreur de traduction

     

    Il pourrait encore venir une interrogation à notre esprit : « et le dernier verset de ce passage qui mentionne le mot voile, on en fait quoi alors ? » et cette question est justifiable si l’on souhaite garder un processus de raisonnement tout à la fois logique et honnête. La réponse à cette question en est que il y a ici une petite erreur de traduction (qui à mon avis personnel devrait être corrigée).

    Le mot utilisé en grec traduit par le mot voile dans ce verset n’est pas le même mot grec utilisé en grec et traduit par le même mot voile dans les autres versets (vous pouvez vérifier par vous-mêmes en téléchargeant une version gratuite Grec-Français du Nouveau Testament) Dans le texte original, les versets 5, 6, 7, et 13 emploient le verbe grec "katakalupto" ou l'un de ses dérivés. Ce mot qui veut dire "couvrir" est correctement traduit dans les versions David Martin et John N. Darby, et dans la version anglaise dite "King James".

    La traduction Louis Segond emploie le verbe "voiler", différente du sens original. Au verset 15 : « la chevelure lui est donnée pour couverture », le grec emploie un autre mot, "peribolaïon", littéralement "ce qui est jeté autour", et dont le sens est "revêtement, ornement, parure". Couvrir, au sens de "katakalupto" veut dire essentiellement : cacher, alors que l'expression : entourer d'un "peribolaion" veut dire : revêtir d'une parure. Il ne s'agit donc pas de deux synonymes interchangeables, contrairement à ce que certaines traductions laissent croire. Le sens correct de la fin du verset 15 est donc : la chevelure lui a été donnée comme revêtement, ornement, parure

    . Lecture correcte de 1 Corinthiens 11 : 13-15 « Jugez-en vous-mêmes: est-il convenable qu'une femme prie Dieu sans être couverte ? La nature elle-même ne vous enseigne-t-elle pas que c'est une honte pour l'homme de porter de longs cheveux, mais que c'est une gloire pour la femme d'en porter, parce que la chevelure lui a été donnée comme parure ? »

     

     

    L’ignorance (d’où cette étude )

     

    Osée 4 : 6

    « Mon peuple est détruit parce qu’il lui manque la connaissance. Puisque tu as rejeté la connaissance, je te rejetterai, et tu seras dépouillé de mon sacerdoce ; puisque tu as oublié la loi de ton Dieu, j’oublierais aussi tes enfants. »

     

    L / Conclusion

     

    17

    Matthieu 7 : 24-27

    « Ainsi donc, quiconque entend ces miennes paroles et les pratique sera semblable à un homme prudent qui a bâti sa maison sur le roc ; et la pluie est tombée, et les fleuves sont venus, et les vents ont soufflé et se sont déchaînés contre cette maison ; et elle n’est pas tombée, car elle avait été fondée sur le roc. Et quiconque entend ces miennes paroles et ne les pratique pas sera semblable à un homme étourdi qui a bâti sa maison sur le sable ; et la pluie est tombée, et les fleuves sont venus, et les vents ont soufflé et ont battu cette maison, et elle est tombée, et sa chute a été grande. »

    Matthieu 5 : 19

    « Celui donc qui supprimera l'un de ces plus petits commandements, et qui enseignera aux hommes à faire de même, sera appelé le plus petit dans le royaume des cieux; mais celui qui les observera, et qui enseignera à les observer, celui-là sera appelé grand dans le royaume des cieux. »

    18

    Le Sang de Christ n’a-t-il pas recouvert nos vies, donc l’Eglise par son Autorité ? Si il n’en était pas ainsi pourquoi Paul commence—t-il sa rédaction sur le voile par « « Je veux cependant que vous sachiez que Christ est le chef de tout homme, que l'homme est le chef de la femme, et que Dieu est le chef de Christ. » ?

    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique