• Je suis attiré (e) par une fille ( ou un garçon ) qui n'est pas chrétienne
    ( Question )

    Est-ce une bonne idée pour un croyant qui est attiré par une non-croyante de continuer à poursuivre une relation croissante avec cette personne? 

    Réponse :

    Oui ! (et non... vous saviez que ça s'en venait.) 


    En tant que chrétien vous devriez absolument continuer à poursuivre une relation croissante avec cette personne. Comment votre amie pourrait-elle voir ce que c'est un chrétien et ce que ça signifie de permettre à Jésus de conduire sa vie? Cherchez par tous les moyens à être amis avec des inconvertis et vivez d'une telle manière qu'ils seront attirés vers notre grand Dieu, cf. Mt.5:16. 

    Non... 

    Mais je ne crois pas que ce soit une bonne idée de commencer à fréquenter une inconvertie. Et voici pourquoi: 

    Vous avez été choisis par Dieu

    Jn.15:6, 1Pi.2:9 et 1Th.1:4 sont juste quelques versets qui soulignent cette vérité étonnante: Les chrétiens sont choisis par Dieu. Quel privilège et quelle responsabilité! Parce que nous avons été choisis par Dieu, nous devons suivre ses lignes directives pour notre vie, particulièrement en ce qui concerne les relations humaines. 

    Vous avez reçu une direction de la part de Dieu

    Un des principes tirés de 2Co.6:14-17 est que les chrétiens sont appelés à se marier seulement avec d'autres chrétiens. Cela semble restrictif, vous ne pensez pas? Oui, jusqu'à ce que vous considériez que Dieu est un Dieu d'amour qui a votre intérêt supérieur en pensée. Réfléchissez-y. Imaginez-vous marié à quelqu'un qui n'est pas croyant. Peut-être sera-t-elle d'accord que vous alliez à l'église... mais comment sera-t-elle emballée de vous voir grandir dans la foi? Vous encouragera-t-elle de vous impliquer dans un petit groupe ou d'aller à une retraite pour hommes? Si oui... pour combien de temps? Qu'arrivera-t-il quand vous aurez des enfants? Bien sûr, votre femme pensera probablement que c'est une bonne idée pour eux d'aller à l'église, mais à mesure qu'ils grandiront, ils observeront plus votre exemple que vos paroles (vous savez ce que c'est) et ce sera facile pour eux de dire, «Maman, tu ne fais que très peu de cas de Dieu et de l'église, alors pourquoi devrions-nous nous en préoccuper?» Dieu regarde à l'ensemble de la chose et il sait que c'est dans votre intérêt supérieur d'être patient et d'attendre qu'une femme spirituelle croise votre chemin. 

    Vous avez été appelés à grandir dans votre relation avec Dieu

    Peut-être pensez-vous, «Voyons donc! Je parle juste de fréquenter quelqu'un... pas de me marier avec elle!» Je comprends. Mais tu es en train de parler à propos de développer des habitudes aujourd'hui pour le genre d'épouse que tu vas rechercher demain. Comment à pratiquer des habitudes saines maintenant... cela va toujours t'aider dans le futur. Ajoutons aussi que fréquenter une incroyante maintenant t'expose à toutes sortes de tentations qui sont déjà assez dures à résister pour deux chrétiens. Pensez-y, et si vous aviez des positions différentes à propos de la sexualité, de l'alcool, des locations de film sur vidéo? Qui déciderait de ce qui est juste à faire? Où commencerais-tu à faire des compromis? 

    De plus, tu n'auras pas beaucoup d'occasions de grandir à travers l'étude biblique, la prière et les autres manières de connecter avec Dieu et l'un avec l'autre. 

    Mais qu'en est-il...? 

    Et si je fréquentais une incroyante afin de l'amener à Christ? Bien sûr, ça peut arriver et ça se produit en effet. Mais c'est très rare. S'il y a un changement, c'est plus normal de voir un chrétien rétrograder dans sa foi. La meilleure affirmation que j'ai entendue à propos de la fréquentation comme moyen d'évangélisation c'est «Depuis quand l'évangélisation efficace est le résultat de la désobéissance volontaire?» 

    Finalement, Hé.12:1 est un passage percutant à ce sujet. «Nous devrions ôter de nos vies tout ce qui nous empêtre et le péché qui nous retient si facilement». Fréquenter une incroyante va entraver votre marche. Et cela peut envoyer un message confus à l'autre personne aussi. Votre meilleure mise est d'être l'ami de cette personne, mais ne permettez pas à vos émotions de vous entraîner dans une fréquentation avec elle. ( source : croixsens )
    Photo : Je suis attiré (e) par une fille ( ou un garçon ) qui n'est pas chrétienne
( Question )

Est-ce une bonne idée pour un croyant qui est attiré par une non-croyante de continuer à poursuivre une relation croissante avec cette personne? 

Réponse :

Oui ! (et non... vous saviez que ça s'en venait.) 
   

En tant que chrétien vous devriez absolument continuer à poursuivre une relation croissante avec cette personne. Comment votre amie pourrait-elle voir ce que c'est un chrétien et ce que ça signifie de permettre à Jésus de conduire sa vie? Cherchez par tous les moyens à être amis avec des inconvertis et vivez d'une telle manière qu'ils seront attirés vers notre grand Dieu, cf. Mt.5:16. 

Non... 

Mais je ne crois pas que ce soit une bonne idée de commencer à fréquenter une inconvertie. Et voici pourquoi: 

Vous avez été choisis par Dieu

Jn.15:6, 1Pi.2:9 et 1Th.1:4 sont juste quelques versets qui soulignent cette vérité étonnante: Les chrétiens sont choisis par Dieu. Quel privilège et quelle responsabilité! Parce que nous avons été choisis par Dieu, nous devons suivre ses lignes directives pour notre vie, particulièrement en ce qui concerne les relations humaines. 

Vous avez reçu une direction de la part de Dieu

Un des principes tirés de 2Co.6:14-17 est que les chrétiens sont appelés à se marier seulement avec d'autres chrétiens. Cela semble restrictif, vous ne pensez pas? Oui, jusqu'à ce que vous considériez que Dieu est un Dieu d'amour qui a votre intérêt supérieur en pensée. Réfléchissez-y. Imaginez-vous marié à quelqu'un qui n'est pas croyant. Peut-être sera-t-elle d'accord que vous alliez à l'église... mais comment sera-t-elle emballée de vous voir grandir dans la foi? Vous encouragera-t-elle de vous impliquer dans un petit groupe ou d'aller à une retraite pour hommes? Si oui... pour combien de temps? Qu'arrivera-t-il quand vous aurez des enfants? Bien sûr, votre femme pensera probablement que c'est une bonne idée pour eux d'aller à l'église, mais à mesure qu'ils grandiront, ils observeront plus votre exemple que vos paroles (vous savez ce que c'est) et ce sera facile pour eux de dire, «Maman, tu ne fais que très peu de cas de Dieu et de l'église, alors pourquoi devrions-nous nous en préoccuper?» Dieu regarde à l'ensemble de la chose et il sait que c'est dans votre intérêt supérieur d'être patient et d'attendre qu'une femme spirituelle croise votre chemin. 

Vous avez été appelés à grandir dans votre relation avec Dieu

Peut-être pensez-vous, «Voyons donc! Je parle juste de fréquenter quelqu'un... pas de me marier avec elle!» Je comprends. Mais tu es en train de parler à propos de développer des habitudes aujourd'hui pour le genre d'épouse que tu vas rechercher demain. Comment à pratiquer des habitudes saines maintenant... cela va toujours t'aider dans le futur. Ajoutons aussi que fréquenter une incroyante maintenant t'expose à toutes sortes de tentations qui sont déjà assez dures à résister pour deux chrétiens. Pensez-y, et si vous aviez des positions différentes à propos de la sexualité, de l'alcool, des locations de film sur vidéo? Qui déciderait de ce qui est juste à faire? Où commencerais-tu à faire des compromis? 

De plus, tu n'auras pas beaucoup d'occasions de grandir à travers l'étude biblique, la prière et les autres manières de connecter avec Dieu et l'un avec l'autre. 

Mais qu'en est-il...? 

Et si je fréquentais une incroyante afin de l'amener à Christ? Bien sûr, ça peut arriver et ça se produit en effet. Mais c'est très rare. S'il y a un changement, c'est plus normal de voir un chrétien rétrograder dans sa foi. La meilleure affirmation que j'ai entendue à propos de la fréquentation comme moyen d'évangélisation c'est «Depuis quand l'évangélisation efficace est le résultat de la désobéissance volontaire?» 

Finalement, Hé.12:1 est un passage percutant à ce sujet. «Nous devrions ôter de nos vies tout ce qui nous empêtre et le péché qui nous retient si facilement». Fréquenter une incroyante va entraver votre marche. Et cela peut envoyer un message confus à l'autre personne aussi. Votre meilleure mise est d'être l'ami de cette personne, mais ne permettez pas à vos émotions de vous entraîner dans une fréquentation avec elle. ( source : croixsens )
     
    •  
    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  • LA BIBLE : UN LIVRE INTERDIT.
    (la Bible officiellement interdite de lecture.)

    D'un point de vue historique :

    Au XIIIème siècle, le pape Innocent III interdit la lecture de la Bible en langue du peuple et institue l’Inquisition, tribunal et police religieux pour faire appliquer et respecter les interdictions papales. Paul IV interdit la possession de traductions bibliques sans l’autorisation de l’Inquisition.

    En 1229, au Concile de Toulouse Grégoire IX interdit aux chrétiens la possession de la Bible et supprime toutes les traductions : l’interdiction de la lecture de la Bible devient effective.

    En 1546, le Concile de Trente inclut 11 livres apocryphes (c’est à dire cachés, non initialement inclus dans la liste des livres inspirés) dans la liste des livres de l’Ancien Testament. Cet ajout a été effectué en contradiction avec la liste établie par les juifs eux-mêmes, qui étaient les premiers destinataires de l’Ancien Testament. Ils figurent encore aujourd’hui dans les versions catholiques.

    D’un point de vue biblique :

    La Bible se définit elle-même comme auto-suffisante.

    La Bible fait de nombreuses allusions à l’authenticité et l’inspiration des textes qu’elle contient :

    Inspiration des 5 livres de la Loi : Matthieu 5.18 ;
    Inspiration de la Loi et des Prophètes : Romains 3.21 ;
    Inspiration des Évangiles :1Timothée 1.11 ; Galates 1.7 dit qu’il n’y a point d’autre Évangile et qu’il n’y a rien à y ajouter : » Il y a des gens qui vous troublent, et qui veulent renverser l’Évangile de Christ. Mais, quand nous-mêmes, quand un ange du ciel annoncerait un autre Évangile que celui que nous avons prêché, qu’il soit anathème. Nous l’avons dit précédemment et je le répète à cette heure : si quelqu’un vous annonce un autre évangile que celui que vous avez reçu, qu’il soit anathème ! « 
    Inspiration des Epîtres : 1Thessaloniciens 2.13 ; L’inspiration de toutes les Écritures que nous possédons est définie par l’Apôtre Paul en 2Timothée 3.16 : » Toute Écriture est inspirée de Dieu et utile pour enseigner, pour convaincre, pour corriger, pour instruire dans la justice afin que l’homme de Dieu soit accompli et propre à toute bonne œuvre. « 
    La Bible enseigne la Vérité à l’homme, à condition que celui-ci n’extrapole pas. La règle c’est que l’Église est soumise à la Parole de Dieu et non l’inverse. Jésus-Christ considère qu’il existe une Parole de Dieu qui est la Vérité. Il dit en Jean 17.17 » Ta Parole est la Vérité « . Les livres qu’a rajoutés l’église romaine en 1546 et qu’elle considère comme canoniques (inspirés de Dieu) ne le sont pas pour plusieurs raisons :

    Premièrement, Jésus et ses Apôtres n’ont cité aucun de ces livres ;

    Deuxièmement, La majorité des « Pères » de l’Église ne les ont pas acceptés ; Augustin (354-430), évêque d’Hippone, est le premier à les inclure dans les textes sacrés ;

    Troisièmement, ils n’apparaissent pas dans le canon hébreu, or les Juifs ont été chargés par Dieu de garder le canon de l’Ancien Testament, et ils l’ont fait très scrupuleusement ;

    Quatrièmement, la qualité inférieure de ces écrits apparaît clairement lorsqu’on les compare aux livres canoniques et prouve qu’ils ne sont pas dignes de figurer dans le canon des Écritures Saintes.

    Cinquièmement, si nous croyons que Dieu existe, nous croyons qu’Il a protégé Lui-même Sa Parole selon ce qu’il est écrit en Jérémie 1.12 » Je veille sur ma parole « . La volonté de certains hommes au cours des siècles de la transformer ou de l’altérer est une preuve supplémentaire de son authenticité !

    Il faut cependant remarquer à ce sujet que les plus grands opposants à la lecture de la Bible furent les hommes religieux… La Bible n’est pas la propriété du clergé, elle n’est pas non plus la propriété de l’église, ni même des chrétiens. La Parole de Dieu est destinée à chaque être humain sur terre.

    Voici ce que déclare Jésus-Christ au sujet de la religion : » Vous annulez ainsi la Parole de Dieu au profit de votre tradition » … » Et pourquoi transgressez vous le commandement de Dieu au profit de votre tradition ? « … » C’est en vain qu’ils m’honorent en enseignant des préceptes qui sont des commandements d’hommes. » (Marc 7.8,9,13)

    Ces passages montrent que certains usages, certaines traditions, certaines coutumes et autres fausses doctrines peuvent avoir le désastreux effet d’annuler la Parole de Dieu pour ceux qui y croient.

    La Bible dit : » Il nous a aussi rendus capables d’être ministres d’une nouvelle alliance, non selon la lettre mais selon l’esprit, car la lettre tue mais l’esprit vivifie » (2Corinthiens 3.6). » Pourquoi… vous impose-t-on ces préceptes : ne prends pas ! Ne touche pas ! Ne goûte pas. Préceptes qui tous périssent par l’usage et qui ne sont fondés que sur les ordonnances et les doctrines des hommes » (Colosiens 2.20-22)

    La Bible se suffit à elle-même pour ce qui est de sa compréhension, de son message, sans qu’on doive y adjoindre un enseignement humain ou l’interpréter car » Toute Parole de Dieu est éprouvée…N’ajoute rien à ces Paroles, de peur qu’il ne te reprenne et que tu ne sois trouvé menteur » (Proverbes 30.5-6).

    Les dernières lignes de la Bible sont peut-être les plus claires à ce sujet. N’est-il pas tout à fait pertinent qu’elles soient placées justement à la toute fin des Écritures ?

    » Je déclare à quiconque entend les paroles de la prophétie de ce livre : Si quelqu’un y ajoute quelque chose, Dieu le frappera des fléaux décrits dans ce livre ; et si quelqu’un retranche quelque chose des paroles du livre de cette prophétie, Dieu retranchera sa part de l’arbre de vie et de la ville sainte et des choses qui sont écrites dans ce livre » (Apocalypse 22.18-19)

    ( Bien que la photo soit pas de bonne qualité mais bon voici le lien pour mieux la visionner http:// webcache.googleusercontent. com/ search?q=cache%3AXPbV58noY9 cJ%3Achoisislavie.free.fr% 2FINTERDIT.HTM+&cd=3&hl=fr &ct=clnk&gl=fr )
     

     

     
    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  • A t-on christianisé Le réveillon mondain de La Saint Sylvestre et la Fête du Nouvel An dans nos assemblées ? ( Partie 1 ).

    J'ai apprécié le fait que plusieurs frères aient proposé des réflexions sur la tradition religieuse de Noël Observée par plusieurs dénominations évangéliques.Je pense que dans la même lancée On pourrait s’interroger sur la pratique de " Réveillonner la Nuit du 31 au 1er , Le faisons nous par simples traditions non éprouvées par les écritures et héritées des générations passées ou le faisons nous en nous appuyons sur l'autorité des écritures ? 

    Disons qu'en tant que disciples de Christ , nous vivons encore dans ce monde. Mais Dieu, notre Sauveur ne manque pas de nous demander de nous démarquer du mode de pensée , de parler ou de vivre de ce monde pourquoi on va se demander ? :

    1. Le monde hait Dieu
    Jean 15:18 « Si le monde vous hait, sachez qu’il m’a haï avant vous. » Le monde hait Dieu et son Christ. Ainsi les chrétiens sont haïs du monde.

    Jean 15:24 « Si je n’avais pas fait parmi eux des œuvres que nul autre n’a faites, ils n’auraient pas de péché; mais maintenant ils les ont vues, et ils ont haï et moi et mon Père. » Le monde n’a rien à faire de Dieu, de son Fils et du salut qu’il offre à l’humanité.

    Jean 15:19 « Si vous étiez du monde, le monde aimerait ce qui est à lui; mais parce que vous n’êtes pas du monde, et que je vous ai choisis du milieu du monde, à cause de cela le monde vous hait. » Le monde n’aime pas Dieu. Et comme les païens n’aiment pas Dieu, alors naturellement, ils n’aiment pas ce qui est de Dieu.

    2. Dieu nous ordonne de ne point nous conformer au monde.

    Romains 12:2 « Ne vous conformez pas au siècle présent, mais soyez transformés par le renouvellement de l’intelligence, afin que vous discerniez quelle est la volonté de Dieu, ce qui est bon, agréable et parfait. » Le siècle présent, représente la vie présente.

    Et Dieu nous interdit de nous y conformer. Ce qu’il attend de nous, c’est que son Saint-Esprit nous régénère et renouvelle notre intelligence pour comprendre Dieu et discerner sa volonté.

    Souvent ce verset est mal compris, et faussement les gens parlent de volonté bonne de Dieu, de volonté agréable de Dieu et de volonté parfaite. D’autre mêmes parlent de volonté permissive de Dieu. Il n’y a rien de vrai dans ces hérésies.
    Dieu, nous instruit que nous ne devons pas faire ce qui est bon, ni ce qui est agréable, ni ce qui est parfait. Nous devons exclusivement faire la volonté et rien que la volonté de de Dieu.
    Très souvent, la volonté de Dieu, n’est pas bonne ni parfaite ni agréable aux hommes.
    Le chrétien ne doit pas agir ou parler pour plaire ou pour faire bien devant le monde. Il doit faire la volonté de Dieu. Que cela intéresse le monde ou non.

    Et d’ailleurs il dit en 2 Corinthiens 6:14-18 « Ne vous mettez pas avec les infidèles sous un joug étranger. Car quel rapport y a-t-il entre la justice et l’iniquité ? Ou qu’y a-t-il de commun entre la lumière et les ténèbres ?
    Quel accord y a-t-il entre Christ et Bélial ? ou quelle part a le fidèle avec l’infidèle ?
    Quel rapport y a-t-il entre le temple de Dieu et les idoles ? Car nous sommes le temple du Dieu vivant, comme Dieu l’a dit: J’habiterai et je marcherai au milieu d’eux; je serai leur Dieu, et ils seront mon peuple. C’est pourquoi, Sortez du milieu d’eux, Et séparez-vous, dit le Seigneur; Ne touchez pas à ce qui est impur, Et je vous accueillerai.
    Je serai pour vous un père, Et vous serez pour moi des fils et des filles, Dit le Seigneur tout-puissant. »

    L’année civile tire à sa fin avec son lot de fêtes de tous genre.
    Le Seigneur par son Esprit et sa parole nous met en garde. Vous n’avez rien de commun avec le monde. Donc vous ne devez rien faire de commun avec le monde.
    Est t-il Biblique pour le croyant de fête Noël , Le Nouvel an , les fêtes païennes de mère, de père, d’igname, de génération, ou autres... ? Nous partagerons dans la suite merci pour vos contributions Dieu nous aide et nous garde fondés sur sa parole.au nom de son Fils Jésus , Amen !
    Photo : A t-on  christianisé Le réveillon mondain de La Saint Sylvestre et la Fête du Nouvel An  dans nos assemblées ? ( Partie 1 ).

J'ai apprécié le fait que plusieurs frères aient proposé des réflexions sur la tradition religieuse de Noël Observée par plusieurs dénominations évangéliques.Je pense que dans la même lancée On pourrait s’interroger sur la pratique de " Réveillonner la Nuit du 31 au  1er , Le faisons nous par simples  traditions non éprouvées par les écritures et  héritées des générations passées ou le faisons nous en nous appuyons sur l'autorité des écritures ? 

Disons qu'en tant que disciples de Christ , nous vivons encore dans ce monde. Mais Dieu, notre Sauveur ne manque pas de nous demander de nous démarquer du mode de pensée , de parler ou de vivre de ce monde pourquoi on va se demander ? :

1.    Le monde hait Dieu
Jean 15:18 « Si le monde vous hait, sachez qu’il m’a haï avant vous. » Le monde hait Dieu et son Christ. Ainsi les chrétiens sont haïs du monde.

Jean 15:24 « Si je n’avais pas fait parmi eux des œuvres que nul autre n’a faites, ils n’auraient pas de péché; mais maintenant ils les ont vues, et ils ont haï et moi et mon Père. » Le monde n’a rien à faire de Dieu, de son Fils et du salut qu’il offre à l’humanité.

Jean 15:19 « Si vous étiez du monde, le monde aimerait ce qui est à lui; mais parce que vous n’êtes pas du monde, et que je vous ai choisis du milieu du monde, à cause de cela le monde vous hait. » Le monde n’aime pas Dieu. Et comme les païens n’aiment pas Dieu, alors naturellement, ils n’aiment pas ce qui est de Dieu.

2.    Dieu nous ordonne de ne point nous conformer au monde.

Romains 12:2 « Ne vous conformez pas au siècle présent, mais soyez transformés par le renouvellement de l’intelligence, afin que vous discerniez quelle est la volonté de Dieu, ce qui est bon, agréable et parfait. » Le siècle présent, représente la vie présente.

Et Dieu nous interdit de nous y conformer. Ce qu’il attend de nous, c’est que son Saint-Esprit nous régénère et renouvelle notre intelligence pour comprendre Dieu et discerner sa volonté.

Souvent ce verset est mal compris, et faussement les gens parlent de volonté bonne de Dieu, de volonté agréable de Dieu et de volonté parfaite. D’autre mêmes parlent de volonté permissive de Dieu. Il n’y a rien de vrai dans ces hérésies.
Dieu, nous instruit que nous ne devons pas faire ce qui est bon, ni ce qui est agréable, ni ce qui est parfait. Nous devons exclusivement faire la volonté et rien que la volonté de de Dieu.
Très souvent, la volonté de Dieu, n’est pas bonne ni parfaite ni agréable aux hommes.
Le chrétien ne doit pas agir ou parler pour plaire ou pour faire bien devant le monde. Il doit faire la volonté de Dieu. Que cela intéresse le monde ou non.

Et d’ailleurs il dit en 2 Corinthiens 6:14-18 « Ne vous mettez pas avec les infidèles sous un joug étranger. Car quel rapport y a-t-il entre la justice et l’iniquité ? Ou qu’y a-t-il de commun entre la lumière et les ténèbres ?
Quel accord y a-t-il entre Christ et Bélial ? ou quelle part a le fidèle avec l’infidèle ?
Quel rapport y a-t-il entre le temple de Dieu et les idoles ? Car nous sommes le temple du Dieu vivant, comme Dieu l’a dit: J’habiterai et je marcherai au milieu d’eux; je serai leur Dieu, et ils seront mon peuple. C’est pourquoi, Sortez du milieu d’eux, Et séparez-vous, dit le Seigneur; Ne touchez pas à ce qui est impur, Et je vous accueillerai.
Je serai pour vous un père, Et vous serez pour moi des fils et des filles, Dit le Seigneur tout-puissant. »

 L’année civile tire à sa fin avec son lot de fêtes de tous genre.
Le Seigneur par son Esprit et sa parole nous met en garde. Vous n’avez rien de commun avec le monde. Donc vous ne devez rien faire de commun avec le monde.
Est t-il Biblique pour le croyant de fête Noël , Le Nouvel an , les fêtes païennes de mère, de père, d’igname, de génération, ou autres... ? Nous partagerons dans la suite merci pour vos contributions Dieu nous aide et nous garde fondés sur sa parole.au nom de son Fils Jésus , Amen !
    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  • L'occultisme derrière le 25 décembre... 

    Autan nous accusons Le catholicisme pour son culte marial , autan peuvent être pointé du doigt toutes les dénominations évangéliques qui ont christianisé La date du 25 décembre.Je vous propose cette réflexion :

    «Et Cush engendra Nimrod : lui, commença à être puissant sur la terre ; il fut un puissant chasseur devant l’Éternel ; c’est pourquoi on dit : Comme Nimrod, puissant chasseur devant l’Éternel. Et le commencement de son royaume fut Babel, et Erec, et Accad, et Calné, au pays de Shinhar» (Gen. 10:8-10).

    Nimrod a été l'incarnation de la désobéissance. (Genèse 11). Lorsque Dieu demandait de faire des choses d'une façon, il en faisait d'une autre.
    Il fut le premier réel dictateur de l'histoire. Il fonda plusieurs villes dont la plus connue : Babylone. La Tour de Babel fut construite à cette époque.
    Nimrod est le premier leader à se qualifier de divin.

    Attention :
    Une partie de l'histoire de Nimrod et sa suite, est relatée dans la Bible, toutefois les détails n'y figurent pas et l'autre partie se trouve dans des encyclopédies. Libre donc à vous d'y croire ou pas. Personnellement je prends cela comme une information à connaître car les Seigneurs illuminati y croient et pour les comprendre, il faut savoir d'où ils tiennent leur Histoire.

    Il assemblait les personnes par petits groupes, le contraire de ce que Dieu demandait, (se disperser).
    Il se disait être le dieu Soleil, encourageant les orgies et tout ce qui ne plaisait pas à Dieu. Nimrod est allé jusqu'à épouser sa propre mère Sémiramis.
    Sémiramis se dit alors que si son mari et fils était un dieu, elle serait aussi une déesse. Puisqu'elle était mère et épouse du soleil (Nimrod) elle aurait pour référence la lune.

    Nimrod fut tué par le frère de son père Sem (voir généalogie partie1). Sa chair fut découpée et dispersée.
    Sémiramis trouva une excuse à raconter par rapport à cette mort, car bien évidemment le peuple ne croirait pas qu'un dieu puisse mourir, ce qui voudrait dire qu'il n'était pas le dieu soleil et qu'elle n'avait rien d'une déesse. Elle expliqua donc que Nimrod n'était pas mort, mais qu'il était simplement allé reprendre sa place au soleil désignant ainsi l'astre.

    Plus tard, Sémiramis apparue enceinte. Et pour que l'on ne découvre pas ses activités sexuelles il fallait trouver une explication.

    Une déesse enceinte ? Comment serait-ce possible si son mari, le dieu soleil était monté au ciel ?
    Elle raconta avoir conçu cet enfant du propre dieu soleil. La réalité était simplement que Sémiramis était infidèle à son mari et fils Nimrod. C'était la mère des prostitués qui avec son fils/mari avait fondé la Babylone.
    La Bible désigne la Babylone comme étant la «mère des prostitués».
    Cette femme, à qui on rend beaucoup hommage encore aujourd'hui, annonça que son fils était Nimrod réincarné. Il fut appelé Tammuz.
    Tammuz apparaît dans la Bible dans Ézéchiel.


    Ézéchiel 8:14-16
    14Et il me conduisit à l'entrée de la porte de la maison de l'Éternel, du côté du septentrion. Et voici, il y avait là des femmes assises, qui pleuraient Thammuz.
    15Et il me dit: Vois-tu, fils de l'homme? Tu verras encore d'autres abominations plus grandes que celles-là.
    16Et il me conduisit dans le parvis intérieur de la maison de l'Éternel. Et voici, à l'entrée du temple de l'Éternel, entre le portique et l'autel, il y avait environ vingt-cinq hommes, tournant le dos au temple de l'Éternel et le visage vers l'orient; et ils se prosternaient à l'orient devant le soleil.

    Les personnes adoraient donc Tammuz l'enfant-dieu, tournant ainsi le dos à l'Éternel Dieu.
    Tammuz est né, tenez-vous bien : un 25 décembre (le 25e jour du 12e mois). Nimrod, Tammuz et Sémiramis portent des appellations différentes selon les régions du monde.Pensez vous que Le Seigneur soit content qu'on est christianisé cette date ?
     — avec ClauDina MA et Claudin EnChrist. (8 photos)
    Photo
    Photo
    Photo
    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  • La Puissance de la chaire , du pupitre d'église ou du prêchoir.

    Vous avez déjà entendu cela :
    - J'ai quitté cette assemblée parce qu'on ne me donnait pas la chaire pour prêcher...
    - On ne donne pas la chaire à n'importe qui disent souvent les pasteurs.
    - On ne badine pas avec la chair ...
    - Nous appelons généralement " Prédicateur " tous ceux qui passent derrière la chaire.

    Le culte du Dimanche dans la plus part de nos assemblées tourne en général autour de la chaire vous l'avez remarqué.

    Personnellement à l'annonce de mon pasteur qui me demanda un jour de me préparer pour une intervention derrière la chaire , j'ai dû jeûné des jours entiers avant d'y passer.Mais d'où vient donc ce morceau de bois ou de verre qui crée tant de convoitises et de blessures d'où vient donc la sacralisation de cet objet ?

    Disons les choses vites et sans explications académiques :

    " La chaire : mot qui vient du latin cathedra. C'est de ce terme que dérive le mot cathédrale, car dans ce bâtiment se trouvait la chaire de l'évêque. A une époque où micros et haut-parleurs étaient inconnus, on avait remarqué que la position surélevée de l'orateur permettait une meilleure audition de son discours. C'est cette constation qui en a généralisé l'usage. Les protestants ont donc décidé de l'utiliser pour leurs temples." 

    Je cite un site Protestant ( http://huguenotsweb.free.fr/objets.htm).
    Autrefois Les anciens livraient leurs sermons de la chaise de l'évêque, ou de la chaise, qui était placée derrière l'autel la chaire, a été installé dans l'endroit le plus élevé de la congrégation.(voir dernière photo ci dessous ) Avec le temps, l'expression « monter en chaire » (ad pulpitum venire) est devenue une partie du vocabulaire religieux du clergé.( Un Vocabulaire que n'avait jamais connu les Apôtres et les premiers croyants.) Vers la fin du Moyen Âge, la chaire est devenue commune dans les églises de paroisse.

    Avec la Réforme, la chaire est devenue l’élément central du bâtiment d'église. La chaire a symbolisé le remplacement de la centralité de l'action ritualiste (la messe catholique) par l'instruction verbale du clergé (la prédication ou l'enseignement).

    Aujourd'hui il est impensable d'avoir un office protestant ou culte évangélique sans la présence « du plateau sacré ! » c'est à dire la " chaire ".La chaire est la pièce maîtresse de l’Église protestante et de toutes ces filles . De sorte qu'un pasteur bien connu qui parlait pendant une conférence commandité par l'Association Évangélique de Billy Graham revendiquait : 

    « Si l’Église est vivante, c’est parce que la chaire est vivante et si l’Église est morte, c’est parce que la chaire est morte. » Vous voyez à quel point on a sacralisé la chaire ? Pensez vous que Paul ou Pierre aurait donné une telle valeur à ce " Plateau sacré " ?

    En conclusion ajoutons aussi que Notre mot « chaire » veut dire en latin pulpitum qui désigne " un plateau !" Elle a causé beaucoup de soucis parce qu'elle a élevé les conducteurs spirituels dans une position de proéminence Donc fidèle à sa signification elle a mis de nombreux " Prédicateurs " et continuent à les mettre « sur un plateau » le séparant et le plaçant au-dessus du peuple de Dieu.Et Oui Chaque fois qu'on adopte un modèle de fonctionne qui diffère de ce que le Seigneur nous a donné pour son Eglise on court le risque de laisser entrer le levain qui gâtera la vie de l'Eglise.
    Ouvrons nos yeux et soyons donc libérés de tout asservissement religieux.
    Photo de Harrys Miabeno.
    Photo de Harrys Miabeno.
    Photo de Harrys Miabeno.
    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  • Le développement des lieux dédiés aux rassemblements dit chrétiens et objets de culte.

    D'un point de vue Historique :

    En 222-235, premiers bâtiments d’église édifiés sous le règne d’Alexandre.
    Après l’édit de Milan en 313, marquant la fin des persécutions, il s’en édifia partout. L’empereur Constantin se rendit en pèlerinage sur les lieux « saints » en Israël et embrassa la religion chrétienne. Les coutumes païennes commencèrent à rentrer dans l’Église du fait du grand nombre de non convertis qui se joignirent à ce qui devint, dès 380, une religion d’état.

    Au IVème siècle, Paulinus, évêque de Nola introduit les images et les statues dans les églises.
    Au IVème siècle, première utilisation de cloches.
    Au Vème siècle, on commence à se servir de l’encens.

    En 590-604, Grégoire le Grand réorganise le chant de l’Église et invente une nouvelle façon de chanter, le » chant grégorien « .

    En 600, le culte est dispensé en langue latine, qui devient » langue liturgique « . On assiste en même temps au développement d’une pratique purement païenne : » le culte des lieux « . Les pèlerinages s’amplifient avec une concurrence féroce entre les grands centres, autour des tombes des martyrs, des reliques, des lieux d’apparition, des images miraculeuses.
    Au Moyen-Âge, les pèlerinages changent de caractère, ils sont assimilés à de bonnes oeuvres et sont présentés comme permettant l’expiation des » gros péchés « . 
    Certains pèlerins voyagent toute leur vie !

    En 787, au Concile de Nicée, l’usage religieux de cierges est autorisé dans les églises.
    Au IXème siècle on adopte la tradition de l’eau bénite.
    Au XIème siècle, un autel est utilisé pour la célébration de la messe.
    Le XIIème siècle voit l’adoption officielle du chapelet, d’origine musulmane ou bouddhiste.

    D’un point de vue biblique :

    Jésus a annoncé que le temps était venu où il n’y aurait plus de lieu particulier où il faudrait se déplacer soit pour un culte, soit pour un pèlerinage. « L’heure vient où ce ne sera ni sur cette montagne, ni à Jérusalem, que vous adorerez le Père…mais l’heure vient et elle est déjà venue où les vrais adorateurs adoreront le Père en esprit et en vérité; car ce sont là les adorateurs que le Père demande » (Jean 4.22-24) ( « en esprit » : selon la direction du Saint-Esprit, et « en vérité » : selon les directives de la Parole de Dieu) .

    Jésus a prédit la destruction du temple juif de l’époque où avaient lieu toutes les cérémonies religieuses et cela est effectivement arrivé quelques années plus tard. « Lorsque Jésus sortit du temple, un de ses disciples lui dit : Maître, regarde quelles pierres, et quelles constructions ! Jésus lui répondit : Vois-tu ces grandes constructions ? Il ne restera pas pierre sur pierre qui ne soit renversée. » (Marc 13.1).

    « Le Dieu qui a fait le monde et tout ce qui s’y trouve, étant le Seigneur du ciel et de la terre n’habite point dans des temples faits de main d’homme; il n’est point servi par des mains humaines comme s’il avait besoin de quoi que ce soit » (Actes 17.24). Ce passage très explicite contredit l’idée selon laquelle on peut appeler un bâtiment en pierre la maison de Dieu, puisque « Dieu n’habite point des temples faits de main d’homme » et contredit aussi le fait qu’on y ait établi des prêtres pour les offices religieux, puisqu’ » il n’est point servi par des mains humaines ».

    L’Eternel réprouve les cultes pompeux et solennels de la religion « J’ai en horreur l’encens, … et les assemblées… je ne puis voir le crime s’associer aux solennités » (Esaïe 1.14). La Bible dit à propos de ce genre de culte qu’il a été répandu sur la religion « un esprit d’assoupissement » (Esaïe 29.10).

    De plus, le culte chrétien n’est pas un spectacle qu’on contemple mais un acte collectif auquel chacun participe.

    Voici un culte agréable à Dieu : avec des rythmes vivants dynamiques inspirés du Seigneur et de sa sainteté : « louez le avec les cymbales sonores, avec les cymbales retentissantes » (Psaumes 150.5), et même avec des danses « qu’ils louent son nom avec des danses » (Psaumes 149.2). « Vous tous peuples , battez des mains, poussez vers Dieu des cris de joie » (Psaumes 49.1) car « Dieu n’est pas Dieu des morts mais des vivants ». (Marc 12.27).

    Mais avant tout c’est à un culte « de bon coeur » (Psaumes 54.6) que Dieu prend plaisir. « de bon coeur…pour le Seigneur, et non pour des hommes » (Colossiens 3.23).
    Photo de Harrys Miabeno.
    Photo de Harrys Miabeno.
    Photo de Harrys Miabeno.
    Photo de Harrys Miabeno.
    Photo de Harrys Miabeno.
    Photo de Harrys Miabeno.
    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  • LA GRANDE TRIBULATION ou " Le temps des Nations et de l’Antichrist " et de " L’abomination de la désolation ".

    Eglise du Seigneur nous n'avons plus le temps pour les plaisanteries pour les tours de Babel religieuses ni encore pour toutes sortes de distractions. Notre Seigneur vient !!!!

    Je nous partage ici un article de Bible et nombres ( bibleetnombre.Oneline.fr ) Soyons interpellés les amis :

    ... Je lui dis : Mon seigneur, tu le sais. Et il me dit : Ce sont ceux qui viennent de la grande tribulation ; ils ont lavé leurs robes, et ils les ont blanchies dans le sang de l'Agneau ". (Apocalypse 7/14)

    Quelques versets situent le caractère grave et unique de ce temps bref de la colère de DIEU, avec en premier lieu, le caractère exceptionnel des événements spécifiques à cette période.

    " [...] Alors on vous livrera aux tourments, et l’on vous fera mourir ; et vous serez haïs de toutes les nations, à cause de mon nom ". (Mat. 24/9)

    " [...] Malheur ! car ce jour est grand ; Il n’y en a point eu de semblable. C'est un temps d’angoisse pour Jacob ; Mais il en sera délivré ". (Jérémie 30/7)

    " [...] En ce temps-là se lèvera Mikaël, le grand chef, le défenseur des enfants de ton peuple ; et ce sera une époque de détresse, telle qu’il n’y en a point eu de semblable depuis que les nations existent jusqu’à cette époque. En ce temps-là, ceux de ton peuple qui seront trouvés inscrits dans le livre seront sauvés ". (Dan. 12/1)

    " [...] Je vis un autre ange qui volait au milieu du ciel ; il avait un Evangile Eternel, pour l’annoncer aux habitants de la terre, à toute nation, à toute tribu, à toute langue, et à tout peuple. Il disait d’une voix forte : Craignez Dieu, et donnez-lui gloire, car l'heure de son jugement est venue ; et adorez celui qui a fait le ciel, la terre, la mer, et les sources d’eaux ". (Apocalypse14/6-7)

    Gardons en mémoire qu’il s’agit véritablement d’un "règlement de comptes" entre l’Eternel et les impies.

    Entre le départ de Jésus après sa résurrection et son premier retour non visible des non-croyants, pour l’enlèvement de son Eglise dans les nuées, c’est le temps de la Grâce, le Grand Consolateur (l’Esprit Saint) l’ayant remplacé sur terre, période absolument inconnue des prophètes de l’Ancien Testament qui avaient une vision d’alpiniste scrutant du sommet d’une montagne, les pics de celles qui l’entourent dans une perspective donnée, sans pouvoir apprécier la présence d’une vallée en bout de chaîne, cette vallée étant comme notre temps depuis l'événement de la crucifixion de Jésus, que nous commémorons chaque fois que nous citons ou inscrivons une date.
    LA suite de l'article Dans les photos ci -dessous.
     (6 photos)
    Photo : Vient ensuite le temps de l’annonce du royaume, prêché par les 144 000 évangélisateurs :

" [...] Et je vis un autre ange, qui montait du côté du soleil levant, et qui tenait le sceau du Dieu vivant ; il cria d’une voix forte aux quatre anges à qui il avait été donné de faire du mal à la terre et à la mer, et il dit : Ne faites point de mal à la terre, ni à la mer, ni aux arbres, jusqu’à ce que nous ayons marqué du sceau le front des serviteurs de notre Dieu. Et j’entendis le nombre de ceux qui avaient été marqués du sceau, cent quarante-quatre mille, de toutes les tribus des fils d’Israël : ". (Apocalypse 7/2-4)

" [...] Il leur fut dit de ne point faire de mal à l’herbe de la terre, ni à aucune verdure, ni à aucun arbre, mais seulement aux hommes qui n’avaient pas le sceau de Dieu sur le front. ". (Apocalypse 9/4)

avec la prédication d’un ange dans les cieux autour de la planète:

" [...] Je vis un autre ange qui volait au milieu du ciel ; il avait un Evangile Eternel, pour l'annoncer aux habitants de la terre, à toute nation, à toute tribu, à toute langue, et à tout peuple. Il disait d’une voix forte : Craignez Dieu, et donnez-lui gloire, car l’heure de son jugement est venue ; et adorez celui qui a fait le ciel, la terre, la mer, et les sources d’eaux ". (Apocalypse 14/6-7)

... la mise en garde contre l’entreprise de séduction de l’Antichrist, l’acceptation de porter sa marque et son adoration. Tous les hommes, sans exception, vivant sur terre, seront prévenus.

" [...] Un autre, un second ange suivit, en disant : Elle est tombée, elle est tombée, Babylone la grande, qui a abreuvé toutes les nations du vin de la fureur de sa débauche ! Et un autre, un troisième ange les suivit, en disant d'une voix forte : Si quelqu'un adore la bête et son image, et reçoit une marque sur son front ou sur sa main, il boira, lui aussi, du vin de la fureur de Dieu, versé sans mélange dans la coupe de sa colère, et il sera tourmenté dans le feu et le soufre, devant les saints anges et devant l'Agneau. Et la fumée de leur tourment monte aux siècles des siècles ; et ils n’ont de repos ni jour ni nuit, ceux qui adorent la bête et son image, et quiconque reçoit la marque de son nom ". (Apocalypse 14/8-11)

et l’action des 2 témoins (intouchables jusqu’à leur mise à mort et... leur résurrection pour rejoindre le royaume des cieux) pendant 1260 jours qui ne se cantonneront certainement pas sur la ville de Jérusalem uniquement, surtout si l’on considère les moyens de locomotion dont ils disposeront à cette époque future.

" [...] Mais le parvis extérieur du temple, laisse-le de côté, et ne le mesure pas ; car il a été donné aux nations, et elles fouleront aux pieds la ville sainte pendant quarante-deux mois. Je donnerai à mes deux témoins le pouvoir de prophétiser, revêtus de sacs, pendant mille deux cent soixante jours ". (Apocalypse 11/2-3)

 flèche rouge A souligner que jusqu’au milieu de ce siècle, il était incompréhensible pour les lecteurs des Ecritures de comprendre comment les hommes répartis autour de la planète pourraient se réjouir en " voyant " leurs cadavres exposés sur une place de Jérusalem pendant 3 jours et demie. Avec la télévision et les transmissions en direct via les satellites, cela ne pose plus aucun problème.

En fait, notre génération depuis la création de l’Etat d’Israël assiste à une révélation précipitée et accélérée des points demeurés obscurs pendant plus de 19 siècles ! 

Cette tribulation s’étend sur une période bien définie, répartie en 2 parties égales, avec répétition des unités de temps converties d’années en mois puis en jours comme le révèlent sans équivoque possible, les versets qui suivent :

" [...] Mais le parvis extérieur du temple, laisse-le de côté, et ne le mesure pas ; car il a été donné aux nations, et elles fouleront aux pieds la ville sainte pendant quarante-deux mois. Je donnerai à mes deux témoins le pouvoir de prophétiser, revêtus de sacs, pendant mille deux cent soixante jours ". (Apocalypse 11/2-3)

" [...] Et la femme s'enfuit dans le désert, où elle avait un lieu préparé par Dieu, afin d’y être nourrie pendant mille deux cent soixante jours ". (Apocalypse 12/6)

" [...] Et il lui fut donné une bouche qui proférait des paroles arrogantes et des blasphèmes ; il lui fut donné le pouvoir d’agir pendant quarante-deux mois ". (Apocalypse 13/5)
    Photo : Il faut donc retenir les points fondamentaux suivants qui concernent l’Eglise des croyants véritables qui ont su veiller et garder la parole de DIEU, immuable, telle qu’elle est révélée dans les Saintes Ecritures.

La tribulation représentant le temps de règne véritable de l’Antichrist.

..//...Nous serons tous ensemble enlevés avec eux sur des nuées, à la rencontre du Seigneur dans les airs, et ainsi nous serons toujours avec le Seigneur. Consolez-vous donc les uns les autres par ces paroles ".

(1 Thess. 4/15-18)
    Photo : • L’Eglise sera enlevée avant le commencement de cette période, sera soustraite à la colère de DIEU et ne sera pas concernée par les fléaux qui la caractérisent.


• Le peuple Juif devra fuir la persécution et se réfugier dans un désert ou une forme de désert pendant 1260 jours (dans la ville de Petra pour certains).

• Les Nations sous coupe de l’Antichrist marcheront contre Israël, vaincu temporairement mais qui finalement bénéficiera de l’appui miraculeux de Jésus Christ, qui, apparaissant sur le mont des oliviers, en gloire et entouré de ses anges, anéantira l’Antichrist et le faux prophète.

• L’Antichrist et le faux prophète seront jetés dans l’étang de feu et de souffre.

• La terre subira une épreuve de purification par le feu.

• Israël retrouvera son statut premier de Nation choisie par DIEU.

• Satan qui était le maître invisible et inspirateur des actions de l’Antichrist et du faux prophète, sera lié pour une période de 1000 ans à la fin de laquelle il sera à nouveau libéré pour un temps court pour séduire les Nations à nouveau.

• Lors de son avènement et avant de régner de manière visible sur terre pendant ces 1000 ans (période parodiée par l’Antichrist Hitler qui promettait cet âge d’or plus connu sous le nom de 3e Reich)...

Jésus Christ ramène à la vie :

- les martyres de la grande tribulation,

- les croyants de l’ancienne alliance et ayant vécu dans l’espérance de la venue du Messie.

Il s’agit donc de la Première Résurrection.

" [...] Quand les mille ans seront accomplis, Satan sera relâché de sa prison. Et il sortira pour séduire les nations qui sont aux quatre coins de la terre, Gog et Magog, afin de les rassembler pour la guerre ; leur nombre est comme le sable de la mer. Ils montèrent à la surface de la terre, et ils investirent le camp des saints et la ville bien-aimée. Mais un feu descendit du ciel, et les dévora. Et le diable, qui les séduisait, fut jeté dans l'étang de feu et de soufre, où sont la bête et le faux prophète. Ils seront tourmentés jour et nuit, aux siècles des siècles. Puis je vis un grand trône blanc, et celui qui était assis dessus. La terre et le ciel s'enfuirent devant sa face, et il ne fut plus trouvé de place pour eux. Et je vis les morts, les grands et les petits, qui se tenaient devant le trône. Des livres furent ouverts. Et un autre livre fut ouvert, celui qui est le livre de vie. Et les morts furent jugés selon leurs œuvres, d'après ce qui était écrit dans ces livres. La mer rendit les morts qui étaient en elle, la mort et le séjour des morts rendirent les morts qui étaient en eux ; et chacun fut jugé selon ses œuvres. Puis la mort et le séjour des morts furent jetés dans l'étang de feu. C'est la seconde mort, l'étang de feu. Quiconque ne fut pas trouvé écrit dans le livre de vie fut jeté dans l’étang de feu ". (Apoc. 20/15)

- Jésus Christ régnera donc de manière visible, réelle et concrète sur terre pendant ce millénaire.

Les vœux exprimés dans le " Notre Père ", à savoir " que ton règne vienne, que ta volonté soit faite sur la terre comme au ciel " seront exaucés.

A l’échéance de ce Millénaire, ce sera la défaite définitive de Satan, ses anges rebelles et les hommes qui auront choisi de le suivre pour se rebeller contre Jésus Christ. Ceux ci seront jetés à leur tour dans l’étang de feu et de souffre où séjournent déjà depuis 1000 ans, l’Antichrist et le faux prophète.

Ce sera aussi le temps de la 2e Résurrection où seront jugés tous les hommes qui n’auront pas connu la première, qui auront vécu selon les lois de la jungle, ignorant DIEU et l’offre de salut gratuite grâce à la mort acceptée de Jésus Christ sur la croix, avocat et intercesseur céleste auprès du Père Eternel, pour plaider la cause des hommes condamnés par Satan, le Grand Accusateur !

L’éternité dans la félicité ou les tourments concerne tous les hommes, car la mort a été vaincue par le sacrifice de Jésus-Christ.
    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  • La Bible et les Rosicruciens.

    ( La suite dans chaque Photo , je partage des réflexions bibliques sur La Rose croix que j'ai trouvé pertinentes , source , Vigisecte et Latrompette.net )

    Si, pour se renseigner sur la Rose-Croix, on va visiter des sites tels quehttp://www.rose-croix.org/ ou http://www.rosicrucien.org/, on est convié à adhérer au mouvement A.M.O.R.C. : "Ancien et Mystique Ordre de la Rose-Croix".

    On nous explique que cette organisation remonte à la plus haute antiquité égyptienne ; qu'elle est en mesure de faire connaître une sagesse précieuse, communiquée jadis par des "maîtres" et transmise de génération en génération par des initiés. Parente de la Franc-Maçonnerie, la Rose-Croix serait plus ancienne que cette dernière. L'emblème de l'ordre est une croix portant en son centre une rose rouge. Il existe des "loges rosicruciennes" dans la plupart des pays du monde, de nombreuses publications rosicruciennes, et une "Université Rose-Croix Internationale". Il est recommandé de fréquenter une loge ; mais pour un débutant, une bonne partie de la formation peut être assurée par correspondance, en-dehors de tout regroupement. L'organisation se présente comme un mouvement fraternel et philosophique, mais non religieux. La page d'accueil du site www.rose-croix.org comporte cette devise : " Connais-toi toi même, et tu connaîtras l'univers et les dieux "

    Le rosicrucianisme implique toute une série d'initiations occultes ; selon ses propres termes, il propose "un art de vivre pour le cœur et l'esprit", et promet à ses adeptes la connaissance des lois de l'univers et de la nature. Il leur promet aussi la pleine compréhension du sens de l'existence, l'éveil de leur créativité et de tout leur potentiel humain.

    Parmi les "membres illustres" qui auraient appartenu au mouvement, on trouve Pythagore, Platon, Aristote, Thomas d'Aquin, Copernic, Descartes, Leibnitz, Swedenborg, Balzac... Jésus, qualifié de "grand penseur", figure aussi parmi ces "membres illustres". Les rosicruciens précisent toutefois qu'il ne faut pas le confondre avec "le Christ", qui est pour eux "un être extrêmement évolué qui s'est incarné plusieurs fois et a connu plusieurs existences terrestres différentes". Ce faux "Jésus" n'est ni Dieu, ni Fils unique de Dieu ; il est un simple philosophe, qui prend place à côté de Mahomet, de Bouddha, de Lao-Tseu, et de Moïse. Cette doctrine n'a rien de nouveau ; elle existait déjà au premier siècle. Pour mettre les chrétiens en garde, l'apôtre Jean écrivait alors: « Qui est le menteur, sinon celui qui nie que Jésus est le Christ ? Celui-là est l'antichrist, qui nie le Père et le Fils. Quiconque nie le Fils n'a pas non plus le Père. » (1 Jean 2:22-23).

    Le rosicrucianisme est pour une petite élite, pour des "initiés". Le salut biblique est pour tous ceux qui s'approchent avec foi de Jésus le Messie, le Fils unique de Dieu, l'Agneau de Dieu, le Ressuscité qui a reçu de Dieu l'autorité suprême. Le salut biblique est pour tous ceux qui se reconnaissent pécheurs et se confient en Jésus seul pour être sauvés.

    Le rosicrucianisme enseigne que les êtres humains doivent passer par un grand nombre d'incarnations sur la terre pour parvenir enfin à être "absorbés en Dieu". Ils parlent d'une "illumination", d'une "fusion à jamais consciente dans le tout cosmique". La Bible, elle, nous enseigne : « il est réservé aux hommes de mourir une seule fois, après quoi vient le jugement » (Hébreux 9:27).

    Le salut, d'après les rosicruciens, s'obtient par nos propres efforts, par un long travail pour se purifier soi-même de ses tendances mauvaises, afin d'atteindre si possible des "états supérieurs de la conscience", puis "l'illumination suprême". La Bible nous enseigne qu'il est illusoire et vain d'essayer d'améliorer nous-mêmes notre vieille nature ; la solution de Dieu est de nous appeler à nous repentir, de nous identifier à son Fils mort et ressuscité, et de faire de nous, par la foi, « une nouvelle création » en Christ. La Parole de Dieu précise bien :« Cela ne vient pas de vous, c'est le don de Dieu. Ce n'est point par les œuvres, afin que personne ne se glorifie. » (Ephésiens 2:8-9).

    Le rosicrucien n'est pas hostile à l'expression "nouvelle naissance", mais elle n'a aucunement pour lui le sens que Jésus lui donne dans Jean 3: 5 : « Si un homme ne naît d'eau et d'esprit, il ne peut pas entrer dans le Royaume de Dieu ». Pour un rosicrucien, il ne s'agit pas de mourir à nous-mêmes pour avoir part à une vie nouvelle et éternelle, la Vie de Résurrection de Jésus-Christ. Il s'agit simplement "d'éveiller les vertus de l'âme humaine : humilité, générosité, tolérance." Le rosicrucien ne voit aucunement la nécessité d'un Sauveur pour racheter l'homme et pour le remplir du Saint Esprit : le sacrifice par lequel Jésus a expié nos péchés n'a, dans ce système, aucune place, aucune raison d'être. Or la Bible nous enseigne : « Il n'y a pas de juste, même pas un seul " (Romains 3:10). « Tous ont péché et sont privés de la gloire de Dieu ; et ils sont gratuitement justifiés par sa grâce, par le moyen de la rédemption qui est dans le Christ Jésus. C'est lui que Dieu a destiné comme moyen d'expiation pour ceux qui auraient foi en son sang, afin de montrer sa justice. » (Romains 3:23-25).

    Le rosicrucianisme enseigne qu'il est possible, dans certains cas, de communiquer avec des êtres chers qui sont décédés, "à condition de nous élever vers eux, et de ne pas les faire descendre vers nous". Ce ne serait plus, alors, du spiritisme ! La Bible dit clairement : « Qu'on ne trouve chez toi... personne qui consulte ceux qui évoquent les esprits, personne qui interroge les morts. En effet, quiconque se livre à ces pratiques est en horreur à l'Eternel. » (Deutéronome 18:11-12).

    Les rosicruciens voient dans la Bible un livre estimable, mais ils ne lui attribuent aucune autorité particulière. Elle a pour eux sa place à côté du "Livre des Morts" égyptien et des autres "grands textes sacrés de l'humanité". Le dieu des rosicruciens est partout, il fait partie de tout, il est "la Beauté incrée", "l'Intelligence Universelle", le "Grand Architecte", mais il n'est pas possible de le connaître. Le Dieu de la Bible, Lui, Se donne à connaître, par Sa Parole écrite, et par Son Fils Unique, la Parole Vivante.

    Pour les rosicruciens, il n'y a ni paradis, ni enfer, ni Satan. Leur philosophie, disent-ils, "intègre les principes fondamentaux du yoga". Il est important pour eux de cultiver "la pensée positive", car "la pensée est vibratoire et agit sur l'environnement". Il s'agit, chaque jour, de diriger des pensées positives vers le monde entier afin de "neutraliser les influences négatives" qu'on y rencontre. Cette philosophie-là est totalement incompatible avec l'Evangile du salut en Jésus-Christ, que l'apôtre Pierre résume ainsi : « Repentez-vous, et que chacun de vous soit baptisé au nom de Jésus-Christ pour le pardon de vos péchés : et vous recevrez le don du Saint-Esprit ». (Actes 2:38).

    La philosophie rosicrucienne recommande l'astrologie, pratique que le Dieu vivant condamne sans appel. (Voir à ce sujet Deutéronome 17:2-7 et Esaïe 47:13-15 cités à la fin de cet article). Les rosicruciens pratiquent la "projection astrale", c'est-à-dire la sortie du corps en esprit, ils cultivent la "perception extra-sensorielle", la transmission de pensée, l'hypnotisme, l'alchimie, et bien d'autres techniques occultes. Sans exception aucune, la Parole de Dieu appelle ces choses : "des abominations".

    Certains rosicruciens voudraient conserver l'appellation de "chrétiens" ; mais il suffit d'être un tant soit peu renseigné sur la philosophie et les pratiques rosicruciennes pour comprendre qu'entre foi chrétienne biblique et rosicrucianisme, il y a incompatibilité totale. Il est absolument impossible d'être rosicrucien et chrétien en même temps. De plus, aucun vrai chrétien ne se laissera éblouir par cette prétendue "sagesse" rosicrucienne. Il sait bien qu'à moins de se repentir et de croire à l'Evangile, ceux qu'elle a séduits s'en vont vers « une ruine éternelle, loin de la face du Seigneur et de la gloire de sa force » (2 Thessaloniciens 1:9).

    Un vrai chrétien ne sera ni séduit, ni impressionné par ce système philosophique ! En effet, la Bible lui révèle dès maintenant la splendeur éternelle du Fils Unique de Dieu, le Christ des Ecritures, le Messie d'Israël, « en qui sont cachés tous les trésors de la sagesse et de la connaissance ». S'il est vrai qu'aujourd'hui nous ne connaissons qu'imparfaitement, nous Le verrons un jour face à face, et nous connaîtrons comme nous avons été connus (1 Corinthiens 13:12). Quelle espérance bienheureuse ! ( La Trompette .Net ) Soyez vous garde et dénoncez les oeuvres mensongères de Satan.
     (5 photos)
    Photo : Depuis quelques années se tiennent dans plusieurs villes d'Afrique des réunions ou conférences publiques, organisées par un mouvement appelé A.M.O.R.C. (Ancien et Mystique Ordre Rosae Crucis) ou encore Ordre rosicrucien A.M.O.R.C.

Le terme « Rose-Croix » ou « Rosicrucien » vient d'un symbole déjà très ancien: une croix ornée en son centre d'une rose rouge.

Ordre rosicrucien se désigne comme une immense organisation fraternelle à l'échelle mondiale; il rassemble des personnes qui tentent d'explorer et de comprendre l'univers dans lequel elles vivent, afin de mener une vie plus heureuse et plus utile.

Il ne veut à aucun égard être considéré comme une organisation religieuse. Tout en s'intéressant aux connaissances traditionnelles, il ne confesse aucune allégeance à quelque fondateur ou maître qu'il soit. Il se déclare absolument non sectaire et opposé à  tout fanatisme de quelque nature qu'elle soit, à toute divination ou autre pratique du même genre. Il a pour devise: « La plus large tolérance dans la plus stricte indépendance ». De ce fait, il n'est lié à aucune autre organisation et s'interdit toutes discussions et activités d'ordre politique.

L'Ordre rosicrucien se définit par contre comme une philosophie métaphysique qui veut éveiller les facultés latentes de l'homme et amener le profane à une véritable illumination. La personne ainsi initiée pourra acquérir « l'identité suprême » et posséder des pouvoirs extraordinaires sur elle-même et sur les autres, ce qui lui garantit le succès dans la vie.

Cette présentation du caractère et des objectifs de l'Ordre rosicrucien est extrêmement attrayante. Des hommes et des femmes du monde entier se sont laissé tenter dans le passé; de nos jours beaucoup se montrent intéressés, aussi en Afrique, surtout parmi les cadres, les milieux évolués et les étudiants, et même parmi les chrétiens.

Dans cette brochure, nous allons étudier rapidement l'histoire et le développement de ce mouvement, puis comparer certaines de ses affirmations à l'enseignement de la Bible.

Ainsi chacun des lecteurs pourra répondre clairement par lui-même aux deux questions suivantes :

Qui sont les Rosicruciens?
Peut-on être Chrétien et Rosicrucien en même temps?
    Photo : L'Ordre rosicrucien se présente comme l'héritier de très anciennes traditions. Certains auteurs font remonter son origine jusqu'à l'Egypte ancienne, au temps du pharaon Akhénaton (14ème siècle avant Christ) qui établit un culte monothéiste en l'honneur du dieu Aton, le représentant du soleil, considéré comme le principe de toute vie et le distributeur de bonté.


 

D'autres sources de la Rose-Croix seraient:

le culte à mystères d'Éleusis en Grèce où l'on célébrait chaque année depuis le 5ème siècle. av. J-C. le retour du séjour des morts de Perséphone, fille de Déméter, la déesse de la terre;
 
le Bouddhisme qui a déifié le Bouddha (=l'illuminé) au 1er siècle av. J-C., et qui enseigne la réincarnation des âmes et exhorte ses adhérents à atteindre le Nirvana, un état immuable de paix, de repos et de bonheur;
 
les Esséniens, une secte juive à caractère secret, qui s'adonnait à l'ascétisme et à une vie de contemplation (ex. la communauté de Qumran près de la Mer Morte, du temps des Machabées au 2ème siècle av. J-C. jusqu'à la destruction de Jérusalem en 70 ap. J-C.) ;
 
le Gnosticisme (du mot grec gnosis = connaissance) qui enseignait une science spéciale réservée aux seuls initiés qui les conduirait par l'illumination au salut; ce fut un vaste mouvement syncrétiste qui chercha à influencer le Christianisme (les hérétiques Mani, Marcion, Basilide aux 2 et 3ème siècles ap. J-C. et plus tard aussi les Pauliciens et les Cathares) de même que certains groupes au sein de l'Islam (les Ismaéliens de l'Agha Khan, les Druzes et certains soufis) ;
 
la personne légendaire de Christian Rosenkreuz (ce nom allemand traduit en français signifie: Rose-Croix) qui aurait d'abord vécu au 14e siècle, puis se serait réincarné cent ans plus tard pour communiquer l'enseignement reçu de douze « sages » dont sept représenteraient les différents courants de la sagesse antique et les cinq autres toute la science du Moyen-Age. Il y ajouta des secrets sur l'alchimie et la pierre philosophale qu'il aurait recueillis pendant ses voyages au Proche-Orient et en Afrique du Nord; ces documents furent publiés en Allemagne en 1614 sous le titre de « Fama Fraternitatis Rose Crusis ». (1)
    Photo : La première manifestation connue de la confrérie de la Rose-Croix eut lieu en 1614 en Allemagne par Jean-Valentin Andrea (1586-1654). Le mouvement fut ensuite introduit en Angleterre par Robert Fludd (1575-1637). Il se propagea en France par le comte de Saint-Germain (mort en 1784), puis par l'Ordre kabalistique de Stanislas de Guaïta (1861-97). Il fut connu en Amérique du Nord par le moyen de la Fraternité hermétique du Louxor (à Boston, au début du 19ème siècle).

Les Rosicruciens se réclament souvent de personnages historiques célèbres comme:

l'astronome polonais Copernic (1473-1543)
le médecin et alchimiste suisse Paracelse (1493-1541)
le philosophe anglais Francis Bacon (1561-1626)
le roi de Prusse Frédéric-Guillaume II (1744-1797)
le poète irlandais William Yeats (1865-1929)
Il est certain, d'autre part, que leur enseignement a des affinités avec des sectes et mouvements divers comme:

la Franc-maçonnerie (qui débute au 17ème siècle en Angleterre),
la Nouveau Christianisme de Swedenborg (18ème siècle en Suède),
la théosophie de Mme Blavatski (19ème siècle en Angleterre),
l'anthroposophie de Rudolf Steiner (fin 19ème siècle en Suisse).
Situation actuelle

Plusieurs groupes affirment aujourd'hui leur filiation avec la mystique Rose-Croix du Moyen-Âge ; ils sont de création récente mais sont résolument antagonistes. Citons entre autres :

L' association rosicrucienne, fondée en 1910 par le danois Max Heindel (1865-1919), qui possède au sud de Los-Angeles aux U.S.A. une vaste propriété avec un temple où 5 disciples se relaient jour et nuit pour prier et se livrer à des opérations occultes. En France, elle publie une revue « La Vie Nouvelle », un livre de base « La Cosmogonie des Rose-Croix » et un cours préliminaire en douze leçons.
 
L'Ancien et Mystique Ordre de la Rose-Croix, fondé en 1909 ou 1915 par Harvey Spencer Lewis (1883-1939), dont le siège général fut d'abord à New-York et se trouve aujourd'hui à San José en Californie (U.S.A.). Sa branche française est installée au Château d'Ormonville, Le Tremblay dans l'Eure et fut créée par Raymond Bernard (né en 1923). Elle est dirigée actuellement par son fils Christian (né en 1952) qui est aussi depuis 1977 « Grand Maître » pour les pays de langue française. Ce mouvement, appelé en abrégé « AMORC » publie une revue trimestrielle « Rose-Croix » et une brochure de vulgarisation.
Ce sont principalement ces deux organisations qui sont les plus connues et les plus actives en Afrique, dont nous allons maintenant étudier les enseignements les plus importants.
    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  • La croix comme symbole du christianisme ???? 
    ( Signe de croix, chemin de croix ou crucifix à la Lumière de la bible )

    * Au IIIème siècle, au temps de Tertullien les chrétiens se marquaient le front du signe de la croix pour montrer qu’ils n’avaient pas honte de la croix du Christ.

    * Après 312, avec l’adoption du Christianisme comme religion officielle dans tout l’Empire Romain, la croix est adoptée comme symbole.

    * Au IVème siècle apparaît la pratique du signe de croix (rite consistant à dessiner une croix sur son corps en prononçant » Au nom du Père, du Fils et du Saint-Esprit « ).

    * En 350, les premières représentations de la croix sur des pierres sépulcrales (dans les cimetières) voient le jour.

    * Au IXème siècle, le culte de la croix est inventé. On pratique ensuite le culte des 14 stations du chemin de croix. Cette vénération est attribuée à un moine dominicain qui, rentrant en Palestine, fit construire dans son couvent des oratoires où étaient représentés les épisodes de la passion.

    D’un point de vue biblique
    Il n’y a aucune puissance ni dans une croix matérielle ni dans le symbole de la croix, ni dans le signe de croix. La croix a été utilisée dans des pratiques d’exorcismes qui sont des actes rituels non scripturaires. Le mot exorciste est employé une fois dans la Bible, et encore négativement, en Actes 19.13.

    Quand la Bible parle de la croix, elle se réfère non au symbole mais à la victoire à laquelle elle a donné lieu : « il a dépouillé les autorités et les dominations et les a livrées publiquement en spectacle en triomphant d’elles par la croix » (Colossiens 2.15).

    C’est parce que le sang de Jésus a coulé à la croix pour nous qu’il peut nous purifier du péché et que le diable ne peut pas nous atteindre. A vrai dire, c’est avec le nom de Jésus qu’on chasse les démons (Marc 16.17), non avec une croix. Paul dit en 1Corinthiens 1.18 que c’est « la prédication de la croix » qui est une « puissance de Dieu » et non la croix en elle même.

    Est t-il besoin de rappeler que la croix n’est qu’un instrument de torture. Il n’est et ne sera jamais un symbole de vie ! Ce n’est pas le crucifix qui doit être vénéré, mais celui qui n’est plus sur la croix, car nous ne devons plus connaître Christ « selon la chair » (2Corinthiens 5.16) c’est à dire avec nos sens.

    Quand à la pratique du chemin de croix, elle n’a aucun fondement biblique et il y est question de certains événements dont le texte biblique ne fait aucune mention (sainte Véronique, les chutes…).

    " Si vous demeurez dans ma parole , vous êtes vraiment mes disciples ;
    Vous connaîtriez la vérité , et la vérité vous affranchira." Jean 8

    Veux tu connaître la vérité ? Alors choisis de connaître Christ et de t'enraciner en Lui par le moyen de sa parole.
    Photo de Harrys Miabeno.
    Photo de Harrys Miabeno.
    Photo de Harrys Miabeno.
    Photo de Harrys Miabeno.
    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  • A t-on christianisé Le réveillon mondain de La Saint Sylvestre et la Fête du Nouvel An dans nos assemblées ? ( Partie 2 ).

    Qu’y a-t-il de mal à célébrer le Nouvel An? Qu’y a-t-il de mal à remplacer le «vieux par le neuf»? Après tout, les chrétiens ou les disciples de Christ ne doivent-ils pas «marcher en nouveauté de vie» (Rom 6:4), et n’est-ce pas ce que célèbre le Nouvel An? La pure vérité peut vous surprendre.Je partage ici une belle étude :

    «La mention la plus ancienne de la fête du Nouvel An date de 2000 av. J.-C. en Mésopotamie, où le Nouvel An (Akiu) commençait à la nouvelle lune la plus rapprochée de l’équinoxe du printemps (à la mi-mars en Babylonie) ou à celle la plus proche de l’équinoxe de l’automne (mi-septembre en Assyrie)» (Encyclopédie Britannique, 1998 – partout dans le texte, c’est nous qui traduisons). «Le Jour de l’An, le premier jour de l’année: Chez les peuples anciens, le commencement de l’année était déterminé par différents événements tels que les équinoxes du printemps ou de l’automne ou encore les solstices d’hiver et d’été. En Égypte par exemple, à partir de 2773 av. J.-C., le Nouvel An commençait au moment du lever héliaque de Sirius, ce qui coïncidait avec le débordement du Nil et se produisait peu de temps après le solstice d’été» (Encyclopedia Americana, 1999). Les anciens Égyptiens, Phéniciens et Perses commençaient leur Nouvel An lors de l’équinoxe d’automne (le 21 septembre), alors que les Grecs jusqu’au V siècle av. J.-C. célébraient leur Nouvel An lors du solstice d’hiver (le 21 décembre).

    «Plusieurs peuples anciens… accomplissaient des rituels afin de se débarrasser du passé et de se purifier pour la nouvelle année. Par exemple, les gens éteignaient des feux qu’ils utilisaient pour en allumer de nouveaux» (World Book, 2001). Les Celtes célébraient leur Nouvel An le 1er novembre, jour qui marquait la fin de l’été et de la récolte ainsi que le commencement de l’hiver froid et sombre qui approchait (il s’agissait d’un précurseur de l’Halloween). Ils faisaient brûler des feux «sacrés» afin d’éloigner les mauvais esprits et honorer leur dieu soleil.
    «Autrefois, les anciens Romains échangeaient des cadeaux du Nouvel An sous forme de branches d’arbres sacrés. Plus tard, ils donnèrent des noix recouvertes d’or ou des pièces de monnaie portant l’effigie de Janus qui avait deux visages, un qui regardait vers l’avant et l’autre vers l’arrière» (World Book, 2001).

    «Selon le calendrier républicain romain, l’année commençait le 1er mars. Après 153 av. J.-C. la date fut le 1er janvier, ce qui fut confirmé par le calendrier julien (46 av. J.-C.)… Tôt au Moyen-Âge, la majorité de l’Europe chrétienne considérait le 25 mars (le jour de l’Annonciation) comme le commencement de l’année, bien que pour l’Angleterre anglo-saxonne, le jour de l’An fut le 25 décembre» (Encyclopédie Britanique, 1998).

    Comme les dirigeants de l’Église catholique romaine croyaient erronément que le Christ était né le 25 décembre ... ils présumaient que sa mère, Marie, l’avait conçu le 25 mars, 9 mois plus tôt: «Le 25 mars est surnommé l’annonciation de la Sainte Vierge Marie… il célèbre le moment où l’archange Gabriel est apparu la jeune fille juive et lui a annoncé qu’elle deviendrait la mère de Jésus… Bien que l’Église ait commencé à commémorer très tôt cet événement, sa date n’a pu être déterminée avant que celle de Noël soit fixée, ce qui s’est fait tard au IV siècle. Les deux dates sont reliées, car elles doivent être séparées par neuf mois… Puis, après avoir fouillé dans le passé, les gens décidèrent qu’il s’agissait non seulement du jour où le ministère terrestre de Jésus avait commencé, mais que c’était le jour où tout avait commencé, le jour de la Création. À partir de là , il n’y avait qu’un pas presque inévitable pour considérer le 25 mars comme le début de l’année et, depuis le XII siècle jusqu’à la réforme du calendrier en 1752, le 25 mars fut le Premier de l'an» (Days and Customs of All Faiths, Howard V. Harper, 1957).

    Comme vous pouvez le constater, l’histoire de la veille du jour de l’An et du jour de l’An parle d’elle-même et nous montre comment ils ont vu le jour dans l’esprit d’hommes adorateurs d’idoles et comment ils ont «évolué» au cours des siècles.

    Dieu déclare: «Elle est tombée, elle est tombée, Babylone la grande! Elle est devenue une habitation de démons, un repaire de tout esprit impur, un repaire de tout oiseau impur et odieux, parce que toutes les nations ont bu du vin de la fureur de son impudicité, et que les rois de la terre se sont livrés avec elle à l’impudicité, et que les marchands de la terre se sont enrichis par la puissance de son luxe» (Apoc 18:2-3).

    C’est à ce système satanique que Dieu fait référence lorsqu’il dit à Son peuple: «Sortez du milieu d’elle, mon peuple, afin que vous ne participiez point à ses péchés, et que vous n’ayez point de part à ses fléaux» (v. 4).
    Photo : Le réveillon de la Saint-Sylvestre et le Nouvel An.

Pour marquer le passage vers la nouvelle année, les hommes ont pris l’habitude de réveillonner. ce mot signifie "se livrer à de bruyants ébats." Le 31 décembre, au 12ème coup de minuit, en avant les cotillons, les paillettes, les danses, le champagne, les embrassades, les pétards, les klaxons et les débordements! Pourquoi tant de bruits? Quelles en sont les origines?

Origines babyloniennes
A Babylone, le Nouvel An était fêté sous le nom de "L’Akîtu", fête la plus importante et la plus significative de l’année. La Fête du Nouvel An se célébrait vers l’équinoxe de printemps, au début du mois de « nisan » , qui correspond environ aux mois de mars-avril du calendrier grégorien et au mois d’avril du calendrier Julien. Elle était destinée aux dieux des localités mais plus précisément à Mardouk et son fils Nabou. Elle durait 12 jours dans les festivités et la réjouissance. Au cours des cérémonies célébrées, le roi devait abandonner les insignes de son pouvoir et, devant le Grand Prêtre qui devenait pour un temps son juge, il se confessait et demandait pardon pour les fautes qu’il avait commises au cours de l’année. Il prennait de nouvelles résolutions pour la nouvelle année. L’Akîtu se terminait alors par l’entrée en fanfare du dieu Mardouk dans la ville. Le retour du dieu dans sa demeure se faisait alors dans une ville nettoyée de tous ses péchés…

La Saint-Sylvestre
Le 31 décembre, c’est la Saint-Sylvestre. Sylvestre 1er fut pape de 314 à 335. Il aida l’empereur Constantin à faire adopter le christianisme dans tout l’empire romain. Il mourut un 31 décembre. En ce temps là, le 31 décembre était un jour comme les autres, qui ne correspondait pas encore à la veille d’une nouvelle année.

Vœux, baisers et gui porte-bonheur
Le 31 décembre, on suspend un bouquet de gui au plafond et aux 12 coups de minuit, la tradition veut que l’on s’embrasse sous ce bouquet. C’est l’heure des vœux échangés et des bonnes résolutions. Au temps des Gaulois, le gui du chêne était sacré. Au 6ème jour de la lune qui succède au solstice d’hiver, c’est à dire autour du 31 décembre, ils organisaient une grande fête du gui. Les Druides le coupaient avec une serpe en or en prononçant une formule incantatoire "O Ghel an Heu!", que le blé lève! Ils espéraient ainsi rendre la terre féconde. Cette expression s’est transformée au cours des âges pour devenir "Au gui l’an neuf!". L’heure est également aux vœux et aux bonnes résolutions.

Naissance du calendrier Julien et du calendrier Grégorien
En l’an 46 avant Jésus-Christ, l’empereur Jules César impose un nouveau calendrier, qui prend tout naturellement son nom. Pour l’établir, il fait appel à un  astronome égyptien. Mais le savant se trompe dans ses calculs: son année dure 365 jours et 6 heures, alors qu’en réalité une année solaire ne dure que 365 jours et 5 heures et 48minutes. Résultat: il y a un décalage de 11 jours. En 1564, le roi Charles IX met de l’ordre dans tout ça en fixant le début de l’année au 1er Janvier. Cette date sera adoptée qu’à partir de 1752 en Europe.

Les cartes de voeux
Entre le 1er Janvier et le 31 Janvier, on prend l’habitude d’échanger ses vœux en envoyant des cartes, mais aussi en se rendant visite. Aujourd’hui, la coutume des cartes est encore d’actualité.

Ref.  le Grand Livre des Fêtes, Bayard Jeunesse.
    Photo : Dieu N’EST PAS l’auteur du désordre.

Les vrais chrétiens savent que «Dieu n’est pas un Dieu de désordre, mais de paix» (I Cor 14:33). Le mot grec original pour «désordre» ici signifie «instabilité, désordre, agitation, tumulte», mots qui décrivent parfaitement l’histoire chaotique du Nouvel An. Pendant des milliers d’années, l’homme s’est plu à changer le début de la nouvelle année du printemps vers l’automne, du 1er mars au 1er janvier (et dans certains cas au 25 décembre), puis au 25 mars et à nouveau au 1er janvier en plein milieu de l’hiver! «Le 1er janvier a été rétabli comme premier jour de l’année par le calendrier grégorien (1582) et adopté immédiatement par les pays catholiques. Les autres pays suivirent graduellement l’exemple: l’Écosse, 1660; l’Allemagne et le Danemark, environ 1700, l’Angleterre, 1752; la Suède, 1753; et la Russie, 1918» (Encyclopedia Britannica, 1998).
Même de nos jours, les hommes ne peuvent se mettre d’accord sur cette date: «La nouvelle année chinoise est célébrée officiellement pendant un mois et commence fin janvier début février» (Ibid.). «Le Nouvel An des musulmans tombe le premier jour du mois de muharran et commémore la date de l’Hégire (26 juillet, 622 apr. J.-C. dans le calendrier grégorien). Étant donné que l’année musulmane se base sur la lune et n’a que 354 jours, son premier jour varie énormément par rapport au calendrier occidental» (Encyclopedia Americana). Le Nouvel An vietnamien, le Tet, tombe entre le 21 janvier et le 19 février. «Le Nouvel An juif, un jour solennel appelé Rosh Ha-Shannah, est célébré pendant le mois de septembre ou tôt en octobre. Les Hindous de différentes parties de l’Inde le célèbrent à des dates variées» (World Book, 2001). Voilà ce qui arrive quand les gens veulent se fier à leur propre jugement plutôt que de faire confiance à Celui qui a conçu notre univers et tout ce qu’il contient.


Non seulement l’histoire du Nouvel An est-elle désordonnée et chaotique, mais il en est de même de la fête. Pour une raison quelconque, les gens semblent laisser tomber toute inhibition — et parfois tout amour propre — pour adopter un comportement tout à fait extravagant en ce Jour de l’An. Ils boivent trop, rencontrent des gens qu’ils connaissent à peine pour une relation qui aura des répercussions de toute une vie, tirent du pistolet dans les airs pour «accueillir la nouvelle année». Plusieurs laissent tomber leur «bon sens» afin d’avoir du «bon temps» avant que la nuit finisse. Dans la plupart des cas, la seule chose que les gens regrettent, c’est leur mal de «bloc» le lendemain matin. Habituellement, toutefois, ce n’est que le moindre de leurs problèmes.

Selon MADD (Mothers against drunk driving – les mères contre la conduite en état d’ivresse), la veille du Jour de l’An (1999), 43 des 117 décès (36,5%) aux É.-U. étaient reliés à l’alcool. La veille du Jour de l’An suivant, ce nombre a atteint 75 sur 147 (51,2%). Lors du Jour de l’An de 1999, 65,7% de tous les accidents de la circulation étaient reliés à l’alcool, le pourcentage le plus élevé de toutes les fêtes cette année-là !
 Le total pour l’ensemble de la fin de semaine pour cette année fut de 53,8%. Réfléchissez! Des gens sont morts à cause de la folie des autres.

Alors que les États-Unis étaient encore dans leur enfance, «plusieurs colons américains de la Nouvelle-Angleterre célébraient le Nouvel An en criant et en déchargeant leur arme dans les airs» (World Book, 2001). Malheureusement, la tradition se perpétue toujours dans certaines parties des États-Unis. En 1993, The Times-Picayune de la Nouvelle-Orléans a publié un article en première page rappelant à ses citoyens la loi de la gravité, leur mentionnant que ce qui monte (les balles) doit finalement retomber quelque part. Malheureusement, peu de gens ont suivi l’avertissement. En réalité, un des principaux éditeurs du journal, qui venait de déménager en ville a pu goûter à la tradition — un trou de balle dans son automobile toute neuve! Quelques années seulement auparavant, une femme qui célébrait dans le quartier français (le long du Mississippi) a été frappée par une balle et est morte sur le coup. Les autorités croient que cette balle a été tirée à partir de l’autre côté du fleuve.
De toute évidence, une fête aussi chaotique, violente et dangereuse ne ressemble pas au commandement que Dieu nous donne en disant «que tout se fasse avec bienséance et avec ordre.» (I Cor 14:40). 

Tous les vrais chrétiens savent cela et évitent les célébrations du Jour de l’An.
    Photo : Les nouveaux magistrats, désignés pour l’année entière à compter de ce jour, étaient conduits jusqu'au Capitole pour prêter serment, accompagnés d’une foule romaine vêtue de blanc. On décorait la maison avec des branches d'arbre et on invitait les amis ou les membres de la famille. On s’offrait des dattes, des figues et du miel (« Que la nouvelle année te soit douce ! ») et de la petite monnaie de bronze (« Que la nouvelle année te couse le cul d’or ! »). La suite ressemblait de près à ce que nous connaissons : les invités mangeaient, buvaient, chantaient et dansaient pour saluer l'année passée et accueillir celle qui commençait. Et tout ça sans aspirine.

Une dernière chose sur les Romains : le 1er janvier était également l’occasion de célébrer une autre déesse, Strenua, paraît-il douée en matière de purification : c’est elle qui est à l’origine du mot étrennes.

… Ah finalement, non.

Quand l’Empire romain se fit chrétien au IVe siècle de notre ère, l’Eglise fut un tantinet réticente à reprendre le 1er janvier, point de repère tout ce qu’il y a de païen, comme symbole de la nouvelle année. Et tenta à tout le moins d’y raccrocher des événements marquants de la vie de Jésus, dont certains sont mobiles, histoire de simplifier encore un petit peu la chose. Les siècles suivant et toute l’époque médiévale sont donc un véritable souk où chaque région de l’ancien Empire romain adopte ses propres traditions avec des écarts de quelques jours, voire de quelques mois. Les uns marquent le Nouvel An en fonction de la naissance du Christ, le 25 décembre donc, d’autres sur l’Annonciation, fin mars ; d’autres enfin sur la Crucifixion en plaçant le début d’année sur le samedi ou le dimanche de Pâques.

En France, l'année débuta le 1er mars dans plusieurs provinces durant l'époque mérovingienne. Charlemagne fixa le Nouvel An à Noël. Ce « style Nativité », pour reprendre l’expression des historiens, fut conservé par tous les carolingiensSous les Capétiens, le Nouvel An fut déplacé au 25 mars. D'autres régions de France ont même célébré l’année nouvelle le 11 novembre, jour de la mort de Saint Martin. Ce genre de joyeusetés ne facilitait pas les tâches de l’administration royale et de l’Etat central naissant, contraints de jongler en permanence avec les coutumes locales au moindre acte officiel. Charles IX – celui de la Saint Barthélémy – siffle la fin de la récréation en 1563 et impose une fois pour toutes le 1er janvier dans l’ordonnance de Roussillon. Et ça ne bougera plus. Enfin presque : de 1792 à 1805, le calendrier révolutionnaire fixa le nouvel An en… automne, le 1er Vendémiaire exactement, soit grosso modo pour l’équinoxe d’automne.

Résumons : le Nouvel An commence en mars. Ou à Noël. Ou aux vendanges. Ou si vous y tenez vraiment, le 1er janvier.

Il va falloir beaucoup plus d'aspirine.
    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  • En train de devenir une tradition puissante le Mot " leader " .

On utilise maintenant ce mot dans certains milieux évangéliques pour désigner les responsables de groupes, de mouvements religieux, et même d'églises. 
Le mot "leader" est un mot anglais qui signifie "guide". 
Il est en général utilisé pour désigner le membre le plus important d'un parti politique, d'une organisation, d'une entreprise ... 
On l'emploie également pour qualifier des groupes, des sociétés ou des entreprises, qui occupent une place prépondérante dans les domaines commerciaux et économiques...

En sport, le leader c'est celui ou celle qui est en tête. 
Son sens le plus courant est "chef" 
Le mot "leadership" qui en découle, indique l'exercice de l'autorité au niveau politique, social, ou religieux. 
Le leadership est l'influence prépondérante qu'exerce une personne sur l'ensemble d'un groupe. 
Le terme "leader" recouvre les notions de chef, directeur, maître, promoteur, instigateur ... 
Le leader est généralement la personne la plus représentative des opinions et de l'orientation d'un groupe 
Il est adopté en fonction de son efficacité et de sa participation active à la tâche entreprise 
Très apprécié pour ses compétence et sa sociabilité, il jouit ainsi d'une certaine popularité. 

On dit souvent qu'un bon leader est une personne "charismatique" ... 
Si le terme "leader" a sa place dans la société civile, dans l'église il risque de donner une connotation empreinte d'une autorité charnelle et d'un choix peu spirituel. 
C'est pourquoi, je redis encore une fois qu'il est préférable d'utiliser le vocabulaire biblique pour désigner ceux qui exercent des ministères donnés par le Seigneur et qui ne dépendent ni du choix des hommes, ni des qualités humaines.
En fait parmi les apôtres et plus tard les disciples des différentes églises, il n'y avait pas de "leaders" selon la conception du monde, mais des serviteurs , des doulos , des domestiques , des diakonos et des servantes, a qui le Seigneur a donné les capacités et les dons du service. Ils n'étaient pas des "têtes", mais des membres ( ministres ou esclaves les un des autres ) du corps de Christ.

Evêque : Surveillant , Ancien : Personne mûre ou viellard , diacre : servir aux tables en tout cas rien de tout ça ne porte l'idée de " lead " ou de tête.
    En train de devenir une tradition puissante le Mot " leader " . On utilise maintenant ce mot dans certains milieux évangéliques pour désigner les responsables de groupes, de mouvements religieux, et même d'églises. Le mot "leader" est un mot anglais qui signifie "guide". Il est en général utilisé pour désigner le membre le plus important d'un parti politique, d'une organisation, d'une entreprise ... On l'emploie également pour qualifier des groupes, des sociétés ou des entreprises, qui occupent une place prépondérante dans les domaines commerciaux et économiques... En sport, le leader c'est celui ou celle qui est en tête. Son sens le plus courant est "chef" Le mot "leadership" qui en découle, indique l'exercice de l'autorité au niveau politique, social, ou religieux. Le leadership est l'influence prépondérante qu'exerce une personne sur l'ensemble d'un groupe. Le terme "leader" recouvre les notions de chef, directeur, maître, promoteur, instigateur ... Le leader est généralement la personne la plus représentative des opinions et de l'orientation d'un groupe Il est adopté en fonction de son efficacité et de sa participation active à la tâche entreprise Très apprécié pour ses compétence et sa sociabilité, il jouit ainsi d'une certaine popularité. On dit souvent qu'un bon leader est une personne "charismatique" ... Si le terme "leader" a sa place dans la société civile, dans l'église il risque de donner une connotation empreinte d'une autorité charnelle et d'un choix peu spirituel. C'est pourquoi, je redis encore une fois qu'il est préférable d'utiliser le vocabulaire biblique pour désigner ceux qui exercent des ministères donnés par le Seigneur et qui ne dépendent ni du choix des hommes, ni des qualités humaines. En fait parmi les apôtres et plus tard les disciples des différentes églises, il n'y avait pas de "leaders" selon la conception du monde, mais des serviteurs , des doulos , des domestiques , des diakonos et des servantes, a qui le Seigneur a donné les capacités et les dons du service. Ils n'étaient pas des "têtes", mais des membres ( ministres ou esclaves les un des autres ) du corps de Christ. Evêque : Surveillant , Ancien : Personne mûre ou viellard , diacre : servir aux tables en tout cas rien de tout ça ne porte l'idée de " lead " ou de tête.
    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  • UN CHRISTIANISME "HORS D'ETAT DE NUIRE" ( Partie 3 ) (Ilrevientbientot)

    Je vais donner quelques exemples de cet état de fait.

    Cece Winans, Megastar chrétienne a été reçue de nombreuses fois sur des plateaux mondains tels que celui du gourou New Age par excellence, Oprah Winfrey, afin d’y promouvoir ses albums gospel. Les chansons proposées tournaient bien sûr autour de la grâce divine et le Jésus vanté restait sagement à sa place. Ces artistes aiment souvent dire qu'ils répondent aux invitations des mondains pour être cette lampe brillant sur la table et non sous le lit ( jusqu’ici tout va bien), mais en réalité, une fois devant les caméras, cette lampe reste cachée. Si un chrétien ne prend pas position pour les vérités bibliques afin d’inciter les pécheurs à se repentir, mais préfère fermer les yeux, il ne diffuse aucune lumière. Pour ce qui concerne la star Cece, ses albums se vendent, et cela représente le seul bénéfice de ses sorties médiatiques. Si en revanche, elle disait à Oprah de se repentir de ses fausses doctrines qui emmènent les gens en enfer, elle ne serait plus réinvitée, la vente de ses albums serait en chute libre, elle serait trainée dans la boue dans le milieu du showbiz et les portes se fermeraient les unes après les autres. La capitalisation de l’Evangile est incompatible avec l’Evangile. Bien que ces artistes se disent de Christ, ils ne rendent pas au monde le témoignage que ses œuvres sont mauvaises et ne le peuvent pas pour des raisons de marketing. A cause de cela, ils n'ont aucune saveur pour le royaume.

    Il est intéressant d'écouter les mondains confirmer ces assertions, tel que le fit Mo'nique, actrice américaine connue pour sa grossièreté et animatrice d'une émission "trash". Tandis que l’artiste chrétien de renom Kirk Franklin avait répondu présent à une invitation sur son plateau, l’actrice le remercia d’abord pour sa musique qui l'avait aidée à perdre du poids (!!!) et ensuite de ce que cette même musique lui donne l'impression qu'en dépit du style de vie qu'elle mène, Dieu l'approuve!!! Quant à la star chrétienne, elle en était émue et rendait gloire à Dieu. Cette actrice qui fait la promotion de l’adultère, milite pour l’Union libre et revendique ouvertement cette entorse aux codes moraux, ainsi que son public, avaient besoin d’entendre prêcher l’Evangile. Mais Kirk, tout comme de nombreux pasteurs invités sur ce plateau se sont tus. Un pasteur a même été jusqu'à lui dire qu’elle devait rester elle-même tandis qu’elle demandait comment l’Eglise gérait les personnes comme elle.
    De tels exemples nous montrent encore à quel point un chrétien, s’il ne rend pas témoignage au monde que ses œuvres sont mauvaises, est sans saveur et inutile.

    Le Nouvel Ordre Mondial est un monde au sein duquel toutes les religions mènent au Salut, où le respect strict des Ecritures n’a plus sa place, et où les chrétiens véritables sont méprisés et exclus. Nous devons accepter de porter notre croix en restant fidèles aux enseignements de Christ, même si le monde nous hait.

    Jean 15.18

    Si le monde vous hait, sachez qu'il m'a haï avant vous.

    La raison pour laquelle le monde a haï Jésus et haïra toujours ses disciples, c’est qu’ils rendent témoignage de ce que ses œuvres sont mauvaises. Ne prêchons pas un autre Evangile, un autre Christ, un autre Esprit, ne fermons les portes du Ciel aux perdus par crainte de les offenser. Ils doivent nous rejeter, cela fait partie de notre appel. Ne contournons pas le rejet lié à l’Evangile en créant un Christ « cool » qui n’existe pas et qui ne les sauvera pas. L’Evangile n’a pas changé ; il revient à chacun d’entre nous de choisir le christianisme qu’il veut suivre, celui qui ouvre les portes ou celui qui les ferme, mais rappelons-nous :

    " Ceux qui me disent: Seigneur, Seigneur! n'entreront pas tous dans le royaume des cieux, mais celui-là seul qui fait la volonté de mon Père qui est dans les cieux. »

    Matthieu 7.21
    Photo : UN CHRISTIANISME "HORS D'ETAT DE NUIRE" ( Partie 3 ) (Ilrevientbientot)

Je vais donner quelques exemples de cet état de fait.

Cece Winans, Megastar chrétienne a été reçue de nombreuses fois sur des plateaux mondains tels que celui du gourou New Age par excellence, Oprah Winfrey, afin d’y promouvoir ses albums gospel. Les chansons proposées tournaient bien sûr autour de la grâce divine et le Jésus vanté restait sagement à sa place. Ces artistes aiment souvent dire qu'ils répondent aux invitations des mondains pour être cette lampe brillant sur la table et non sous le lit ( jusqu’ici tout va bien), mais en réalité, une fois devant les caméras, cette lampe reste cachée. Si un chrétien ne prend pas position pour les vérités bibliques afin d’inciter les pécheurs à se repentir, mais préfère fermer les yeux, il ne diffuse aucune lumière. Pour ce qui concerne la star Cece, ses albums se vendent, et cela représente le seul bénéfice de ses sorties médiatiques. Si en revanche, elle disait à Oprah de se repentir de ses fausses doctrines qui emmènent les gens en enfer, elle ne serait plus réinvitée, la vente de ses albums serait en chute libre, elle serait trainée dans la boue dans le milieu du showbiz et les portes se fermeraient les unes après les autres. La capitalisation de l’Evangile est incompatible avec l’Evangile. Bien que ces artistes se disent de Christ, ils ne rendent pas au monde le témoignage que ses œuvres sont mauvaises et ne le peuvent pas pour des raisons de marketing. A cause de cela, ils n'ont aucune saveur pour le royaume.

Il est intéressant d'écouter les mondains confirmer ces assertions, tel que le fit Mo'nique, actrice américaine connue pour sa grossièreté et animatrice d'une émission "trash". Tandis que l’artiste chrétien de renom Kirk Franklin avait répondu présent à une invitation sur son plateau, l’actrice le remercia d’abord pour sa musique qui l'avait aidée à perdre du poids (!!!) et ensuite de ce que cette même musique lui donne l'impression qu'en dépit du style de vie qu'elle mène, Dieu l'approuve!!! Quant à la star chrétienne, elle en était émue et rendait gloire à Dieu. Cette actrice qui fait la promotion de l’adultère, milite pour l’Union libre et revendique ouvertement cette entorse aux codes moraux, ainsi que son public, avaient besoin d’entendre prêcher l’Evangile. Mais Kirk, tout comme de nombreux pasteurs invités sur ce plateau se sont tus. Un pasteur a même été jusqu'à lui dire qu’elle devait rester elle-même tandis qu’elle demandait comment l’Eglise gérait les personnes comme elle.
De tels exemples nous montrent encore à quel point un chrétien, s’il ne rend pas témoignage au monde que ses œuvres sont mauvaises, est sans saveur et inutile.

Le Nouvel Ordre Mondial est un monde au sein duquel toutes les religions mènent au Salut, où le respect strict des Ecritures n’a plus sa place, et où les chrétiens véritables sont méprisés et exclus. Nous devons accepter de porter notre croix en restant fidèles aux enseignements de Christ, même si le monde nous hait.

Jean 15.18

Si le monde vous hait, sachez qu'il m'a haï avant vous.

La raison pour laquelle le monde a haï Jésus et haïra toujours ses disciples, c’est qu’ils rendent témoignage de ce que ses œuvres sont mauvaises. Ne prêchons pas un autre Evangile, un autre Christ, un autre Esprit, ne fermons les portes du Ciel aux perdus par crainte de les offenser. Ils doivent nous rejeter, cela fait partie de notre appel. Ne contournons pas le rejet lié à l’Evangile en créant un Christ « cool » qui n’existe pas et qui ne les sauvera pas. L’Evangile n’a pas changé ; il revient à chacun d’entre nous de choisir le christianisme qu’il veut suivre, celui qui ouvre les portes ou celui qui les ferme, mais rappelons-nous :

" Ceux qui me disent: Seigneur, Seigneur! n'entreront pas tous dans le royaume des cieux, mais celui-là seul qui fait la volonté de mon Père qui est dans les cieux. »

Matthieu 7.21
    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  • Mort avec Christ d’une mort volontaire,
    Je vis au ciel déjà sur cette terre;
    En attendant son glorieux retour,
    Je suis gardé par lui de jour en jour.

    Jour après jour gardé par ton amour,
    Jour après jour à l’abri de ton aile,
    C’est le repos et la vie éternelle...
    Je t’appartiens, ô Sauveur pour toujours !

    Il n’est douleurs que son coeur ne partage,
    Il n’est de maux dont il ne me soulage;
    Il n’est de pleurs qu’il ne daigne tarir,
    Il n’est de maux qu’il ne puisse guérir.

    À mes soupirs s’incline son oreille;
    Lorsque je dors, près de moi son coeur veille;
    Quand, pour toujours, mes yeux se fermeront,
    Ses bras puissants au ciel me porteront.

    A Dieu soit toute la Gloire par Jésus Christ Notre Seigneur !!!!!

    Partager via Gmail Yahoo!

    1 commentaire
  • " Vous soumettant les uns aux autres dans la crainte de Christ. " Éphésiens 5:21

    Ekiééé les chrétiens d'aujourd'hui , ils se vantent d'être soumis à leurs conducteurs et méprisent ceux qui semblent ne pas l'être.Mais ils sont incapable de se soumettre les uns aux autres , Démontrant ainsi qu'ils n'ont aucune crainte de Christ , mais une crainte charnelle et réligieuse.

    J'ai du reprendre un frère Lui disant : Si tu penses que tu as un coeur soumis parce que tu dis oui à tous ceux qui ont un titre de " Pasteur " ou d'Apôtre alors que tu es incapable de te soumettre aux moindres de tes frères par lequel le Seigneur s'exprime c'est que tu es un hypocrite arrogant.La soumission est un état de coeur.

    Si tu rentres la queue entre les pattes devant des " Anciens " et que tu regardes de haut les autres membres du corps de Christ c'est que ton coeur est sous le jugement de Christ , faisons attention les amis.Dieu nous aide.
    Enseignons nous la crainte de Christ qui fait partie des ABC de la vie chrétienne.
    Pour ma part je prie que le Seigneur m'aide à me soumettre davantage à mes frères et soeurs peu importe leur niveau de croissance spirituelle du moment où ce qu'ils disent est conforme aux écritures , même si c'est cela vient d'un enfant je me soumettrai.Donne nous de grandir dans cette crainte de toi cher Seigneur !

    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  • Si jeunesse fuyait!

    Si jeunesse fuyait !Fuis les passions de la jeunesse, et recherche la justice, la foi, l’amour, la paix, avec ceux qui invoquent le Seigneur d’un cœur pur. (2 Timothée 2:22)

    La jeunesse, c’est le temps des grandes espérances, des nobles aspirations. C’est le midi de la vie, entre le matin de l’enfance et le soir de la vieillesse. Mais c’est aussi le temps des grandes passions, des viles tentations, des erreurs parfois irréparables. Quoique communes au genre humain, certaines passions sont plus caractéristiques de la jeunesse. Aussi le vieil apôtre écrivit-il à son jeune ami Timothée : "Fuis les passions de la jeunesse".

    Fuir n’est pas braver. Les passions sont comme des vagues prêtes à déferler sur notre âme. Lorsqu’un volcan est en éruption ou une rivière en crue, les villes sont évacuées. Quand la mer est démontée, les embarcations rentrent au port. Les passions sont plus fortes que nous. Toute stratégie autre que la fuite des passions garantit notre perte. Fuir n’est pas non plus goûter. L’alcoolique hébété s’était contenté de goûter un premier verre. Le toxicomane récidiviste avait seulement essayé sa première bouffée de marijuana.

    Ne goûtez ni ne bravez l’occultisme, la débauche, la drogue. Fuyez-les. Battre en retraite est parfois un bel acte de bravoure.
    Il faut plutôt contrecarrer les passions par des vertus telles la justice, la foi et l’amour. Et ceci, en compagnie de ceux qui aiment Dieu. L’équation est simple : Devenir disciple de Christ + Obéir à CHrist en fuyant Le monde et ses passions + Garder ses commandements + bonne compagnie = jeunesse vécue sans regrets.

    " C’est pourquoi, mes bien-aimés, fuyez l’idolâtrie ". 1 Corinthiens 10:14.
    " Fuyez l’impudicité ". (1 Corinthiens 6.18).

    Fuis mon ami (e) Le Jugement de Dieu arrive sur ce monde , Fuis La colère avenir , Fuis La domination de Satan , Fuis la servitude du Péché , Fuis La vie centrée sur ton " Moi " Viens au Seigneur Jésus , jeté à Lui comme un noyé s'accroche à une Bouée.Et plus qu'une jeunesse sans fin tu auras une vie éternelle. Fuiiiiiiiiiiiiiiiiiiiie !!!!!
    Photo
    Photo : Paul invite Timothée à rechercher, au contraire des désirs mauvais et de la convoitise, la justice, la foi, l’amour, la paix… Cela vous semble évident et très logique, mais arrêtons- nous un instant. Ici, Paul ne parle pas à quelqu’un d’ignorant, ou à un jeune converti qui découvre la vie chrétienne et l’Église. Il ne parle pas non plus à quelqu’un qui avait une vie déréglée. Timothée était dans le cercle des  d'implanteurs d’église avec Paul , certes jeune – 35 ans tout de même ! –, mais qui avait fait ses preuves, en voyageant avec Paul notamment. 

Il avait un talent oratoire certain, un bon enseignement gravé dans son coeur de longue date (2 Tm 3.15), les frères rendaient de lui un bon témoignage (Ac 16.2), il avait été reconnu par d’autres apôtres (1 Tm 4.14).

On retrouve la même exhortation en 1 Timothée 6.11 : Pour toi, homme de Dieu, fuis ces choses et recherche la justice, la piété, la foi, l’amour, la patience, la douceur.
Cet avertissement doit donc nous interpeller… Si Timothée, brillant disciple de Paul, parmi les nombreux collaborateurs de Paul  à qui l’apôtre donnait toute sa confiance, est concerné par ces paroles, à combien plus forte raison sommes-nous concernés par cette mise en garde ! Ce ne sont pas que les jeunes seulement  qui sont visés ici, mais tous les chrétiens, qu’ils aient une certaine expérience ou une expérience certaine ! Veillons les amis.
    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  • Un agneau en colère ( suite )

    Dieu miséricordieux et compatissant, lent à la colère, riche en bonté.

    Exode 34:6; Psaume 86: 15; Joël 2: 13, etc.

    Lent à la colère, soit! Mais pas insensible au point de fermer les yeux sur nos comportements et de passer l'éponge sans que nous ayons à nous repentir, à demander pardon.

    L'Éternel est lent à la colère, il est grand par sa force; Il ne laisse pas impuni. Nahum 1: 3

    Cette fin de verset nous donne déjà un début de piste pour entrevoir, tout au bout du parcours, la colère de l'Agneau.

    Notre vie commence par une histoire d'amour: Dieu vient à notre rencontre dans sa douceur, dans sa bonté, afin de nous offrir sa grâce et son pardon pour que nous n'ayons pas à subir la conséquence de nos péchés.

    C'est LUI qui nous cherche, qui nous invite!

    Mais, à force de le rejeter, à force de vivre sans se soucier de son appel, certains risquent de marcher volontairement à l'opposé de ce qu'ils connaissent de sa Parole.

    Par leur conduite, ils se préparent un trésor que je leur laisse volontiers:

    Mais, par ton endurcissement et par ton coeur impénitent, tu t'amasses un trésor de colère pour le jour de la colère et de la manifestation du juste jugement de Dieu, qui rendra à chacun selon ses oeuvres; réservant la vie éternelle à ceux qui, par la persévérance à bien faire, cherchent l'honneur, la gloire et l'immortalité; mais l'irritation et la colère à ceux qui, par esprit de dispute, sont rebelles à la vérité et obéissent à l'injustice. Romains 2:5 -8



    Si la colère de l'Agneau est inévitable en raison de la justice de Dieu, sa pensée profonde n'est pas notre condamnation, notre damnation éternelle, mais de nous délivrer de la puissance du péché et de ses conséquences.

    Dieu aurait pu anéantir Adam et Eve lorsqu'ils ont désobéi à sa Parole, à l'unique commandement qu'ils avaient à mettre en pratique.

    Il aurait pu les détruire et repartir avec un nouveau couple. Mais Dieu ne veut pas la mort du pécheur, Dieu ne veut pas faire mourir ceux à qui il a donné la vie, il les aime trop!

    Raison pour laquelle nous sommes descendants d'Adam et Eve et que nous pouvons, si nous le voulons, être au bénéfice de sa grâce au travers de l'oeuvre de Jésus-Christ.

    Car Dieu ne nous a pas destinés à la colère, mais à l'acquisition du salut par notre Seigneur Jésus-Christ, qui est mort pour nous... 1 Thessaloniciens 5: 9

    Seule l'obstination, l'entêtement de certains à faire leur volonté et non celle du Seigneur, à choisir leur voie plutôt que la sienne, les conduira dans une impasse d'où ils ne pourront plus échapper.

    Ils sont inexcusables car Dieu a mis dans le coeur de l'homme la pensée de l'éternité (Ecclésiaste 3: 11).

    C'est donc par des raisonnements stupides que plusieurs s'évertuent à croire qu'il n'y a rien après la mort.

    Satan aidant, ils finissent par croire au mensonge et se séparent eux-mêmes de la grâce d'un Dieu dont ils disent ne pas avoir besoin, jusqu'au jour où ils croiront, par la force des choses, et s'écrieront:

    Tombez sur nous, et cachez-nous devant la face de celui qui est assis sur le trône, et devant la colère de l'agneau; car le grand jour de sa colère est venu, et qui peut subsister? Apocalypse 6: 15-17

    Nous pouvons éviter l'amour de Dieu, faire tout notre possible pour nous détourner de lui, sachons toutefois qu'un jour la rencontre avec lui sera INÉVITABLE avec toutes les conséquences de notre choix.

    Nous avons choisi notre façon de vivre. Avons-nous fait le bon choix?

    AS-TU FAIT LE BON CHOIX?

    **********

    Celui qui croit au Fils a la vie éternelle; celui qui ne croit pas au Fils ne verra point la vie, mais la colère de Dieu demeure sur lui. Jean 3: 36

    A plus forte raison donc, maintenant que nous sommes justifiés par son sang, serons-nous sauvés par lui de la colère. Romains 5: 9

    Jésus, qui nous délivre de la colère à venir.
    1 Thessaloniciens 1: 10

    J-M Ravé 22 juin 2002
    Photo : Un agneau en colère ( suite )

Dieu miséricordieux et compatissant, lent à la colère, riche en bonté.

Exode 34:6; Psaume 86: 15; Joël 2: 13, etc.

Lent à la colère, soit! Mais pas insensible au point de fermer les yeux sur nos comportements et de passer l'éponge sans que nous ayons à nous repentir, à demander pardon.

L'Éternel est lent à la colère, il est grand par sa force; Il ne laisse pas impuni. Nahum 1: 3

Cette fin de verset nous donne déjà un début de piste pour entrevoir, tout au bout du parcours, la colère de l'Agneau.

Notre vie commence par une histoire d'amour: Dieu vient à notre rencontre dans sa douceur, dans sa bonté, afin de nous offrir sa grâce et son pardon pour que nous n'ayons pas à subir la conséquence de nos péchés.

C'est LUI qui nous cherche, qui nous invite!

Mais, à force de le rejeter, à force de vivre sans se soucier de son appel, certains risquent de marcher volontairement à l'opposé de ce qu'ils connaissent de sa Parole.

Par leur conduite, ils se préparent un trésor que je leur laisse volontiers:

Mais, par ton endurcissement et par ton coeur impénitent, tu t'amasses un trésor de colère pour le jour de la colère et de la manifestation du juste jugement de Dieu, qui rendra à chacun selon ses oeuvres; réservant la vie éternelle à ceux qui, par la persévérance à bien faire, cherchent l'honneur, la gloire et l'immortalité; mais l'irritation et la colère à ceux qui, par esprit de dispute, sont rebelles à la vérité et obéissent à l'injustice. Romains 2:5 -8

 

Si la colère de l'Agneau est inévitable en raison de la justice de Dieu, sa pensée profonde n'est pas notre condamnation, notre damnation éternelle, mais de nous délivrer de la puissance du péché et de ses conséquences.

Dieu aurait pu anéantir Adam et Eve lorsqu'ils ont désobéi à sa Parole, à l'unique commandement qu'ils avaient à mettre en pratique.

Il aurait pu les détruire et repartir avec un nouveau couple. Mais Dieu ne veut pas la mort du pécheur, Dieu ne veut pas faire mourir ceux à qui il a donné la vie, il les aime trop!

Raison pour laquelle nous sommes descendants d'Adam et Eve et que nous pouvons, si nous le voulons, être au bénéfice de sa grâce au travers de l'oeuvre de Jésus-Christ.

Car Dieu ne nous a pas destinés à la colère, mais à l'acquisition du salut par notre Seigneur Jésus-Christ, qui est mort pour nous... 1 Thessaloniciens 5: 9

Seule l'obstination, l'entêtement de certains à faire leur volonté et non celle du Seigneur, à choisir leur voie plutôt que la sienne, les conduira dans une impasse d'où ils ne pourront plus échapper.

Ils sont inexcusables car Dieu a mis dans le coeur de l'homme la pensée de l'éternité (Ecclésiaste 3: 11).

C'est donc par des raisonnements stupides que plusieurs s'évertuent à croire qu'il n'y a rien après la mort.

Satan aidant, ils finissent par croire au mensonge et se séparent eux-mêmes de la grâce d'un Dieu dont ils disent ne pas avoir besoin, jusqu'au jour où ils croiront, par la force des choses, et s'écrieront:

Tombez sur nous, et cachez-nous devant la face de celui qui est assis sur le trône, et devant la colère de l'agneau; car le grand jour de sa colère est venu, et qui peut subsister? Apocalypse 6: 15-17

Nous pouvons éviter l'amour de Dieu, faire tout notre possible pour nous détourner de lui, sachons toutefois qu'un jour la rencontre avec lui sera INÉVITABLE avec toutes les conséquences de notre choix.

Nous avons choisi notre façon de vivre. Avons-nous fait le bon choix?

AS-TU FAIT LE BON CHOIX?

**********

Celui qui croit au Fils a la vie éternelle; celui qui ne croit pas au Fils ne verra point la vie, mais la colère de Dieu demeure sur lui. Jean 3: 36

A plus forte raison donc, maintenant que nous sommes justifiés par son sang, serons-nous sauvés par lui de la colère. Romains 5: 9

Jésus, qui nous délivre de la colère à venir.
1 Thessaloniciens 1: 10

J-M Ravé 22 juin 2002
    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  • Un agneau en colère

    Que faut-il donc faire pour mettre en agneau en colère?

    Combien faut-il de méchanceté pour qu'un agneau réagisse violemment alors que cette attitude n'est pas dans sa nature?

    Sa douceur est telle, que le Fils de Dieu a été comparé à lui pour bien symboliser un des traits de sa personnalité.

    Il (Jésus) a été maltraité et opprimé, Et il n'a point ouvert la bouche, Semblable à un agneau qu'on mène à la boucherie, A une brebis muette devant ceux qui la tondent; Il n'a point ouvert la bouche. Esaïe 53: 7

    Jusqu'à quel point faut-il donc aller pour que cette douceur fasse place à une irritation au point que le doux agneau semble devenir un lion impitoyable?

    Jésus, lui qui ne brise pas le roseau froissé, qui n'éteint pas la mèche qui fume (Esaïe 42: 3; Matthieu 12: 20), lui, l'Agneau par excellence, l'Agneau de Dieu qui n'a pas bronché lorsque ses bourreaux l'ont conduit à la mort, il manifestera un jour sa colère à un tel point que les hommes demanderont à ce que les montagnes s'écroulent sur eux!

    Les rois de la terre, les grands, les chefs militaires, les riches, les puissants, tous les esclaves et les hommes libres, se cachèrent dans les cavernes et dans les rochers des montagnes.

    Et ils disaient aux montagnes et aux rochers:

    Tombez sur nous, et cachez-nous devant la face de celui qui est assis sur le trône, et devant la colère de l'agneau; car le grand jour de sa colère est venu, et qui peut subsister? Apocalypse 6: 15-17

    Que s'est-il donc passé pour que des hommes comprennent soudainement qu'ils vivent l'instant de la colère de Dieu, du Fils de Dieu, alors qu'auparavant ils étaient indifférents à sa Parole?

    Quoiqu'ils aient voulu ignorer le message de l'Evangile, la bonne nouvelle du salut en Jésus-Christ, quoiqu'ils aient tourné le dos à la foi chrétienne,voilà maintenant qu'ils constatent que ce qu'ils ont entendu autrefois, se manifeste sous leurs yeux.

    Ils n'ont pas voulu croire au salut, maintenant ils croient à la colère de Dieu!

    Les moqueurs confrontés à la colère de l'Agneau, comme au temps de Noé, réalisent un peu tard, qu'ils sont perdus et qu'ils vont vivre un temps terrible.

    Leur "foi" ne sert plus à rien, la porte de l'arche est fermée par la main de Dieu, le temps de la grâce est terminé!

    Ils le "voient" maintenant, le Seigneur Jésus assis sur un trône, croyant du fond de leur coeur que ce jour est un jour mis à part depuis longtemps.

    Cet agneau, autrefois méprisable par les ennemis de l'Evangile, est toujours l'Agneau de Dieu, mais son apparence démontre ses dispositions de coeur et révèle que le temps de la grâce est terminé, TERMINE, TERMINE! A suivre...
    Photo : Pesons bien les mots d'Apocalypse 6: 15-17, des mots qui tout à coup, aux yeux de ces hommes, deviennent une réalité effrayante, épouvantable.

Autrefois les avertissements reçus, allant dans le même sens, n'étaient pour eux que des contes de bonnes femmes ou des histoires pour l'école du dimanche. Ils étaient même le prétexte pour persécuter ceux et celles qui se déclaraient fidèles à Dieu et à sa Parole: la Bible!

On peut se moquer d'elle durant toute sa vie, la négliger, la mépriser, rejeter les textes qui dérangent notre conscience, mais un jour, c'est elle qui nous retrouvera et nous convaincra qu'elle était la VERITE!

Quelle horreur! Quelle catastrophe de se rendre compte trop tard que la Parole de Dieu EST LA PAROLE DE DIEU!

- cachez-nous devant la face de... (Comment supporter le regard de celui qui connaît chacune de nos pensées secrètes, chacun de nos actes accomplis dans l'ombre? Nous ne pourrions déjà pas supporter que notre semblable lise dans notre coeur...!)

- Assis sur le trône (Le Roi des rois, le Seigneur des seigneurs siégeant au-dessus de tous sur un trône de justice et de droiture, une justice et une droiture qui est toujours la même depuis la création.)

- La colère (Un sentiment violent dont la force et les circonstances interdisent tout acte de compassion.)

- Le grand jour de sa colère (Un jour mis à part pour une oeuvre particulière, un jour programmé et que nul n'ignore. Un jour annoncé par les prophètes, ces hommes utilisés par Dieu et qui avaient annoncé de sa part, la naissance d'un Sauveur.)

Voici, le jour de l'Éternel arrive, Jour cruel, jour de colère et d'ardente fureur. Esaïe 13: 9

Comment les hommes en sont-ils arrivés à ce point de non-retour alors que Dieu est un Dieu d'amour? Que Dieu est amour? (1 Jean 4: 8; 4:16)

Un amour si grand pour la race humaine qu'il a envoyé son propre Fils sur la terre pour nous tracer la route du salut. Non seulement nous montrer le chemin, mais s'offrir lui-même afin de subir, à notre place, la condamnation de nos péchés.

Jésus, comme un agneau qu'on mène à la boucherie, sans qu'il ne fasse quoique ce soit pour échapper à son sort, ce Jésus s'est laissé conduire jusque sur le mont Golgotha afin qu'il subisse...

- Le châtiment suprême des coupables

- Le châtiment le plus ignoble de l'époque

- Le châtiment qui appelait la malédiction divine sur lui

(Christ nous a rachetés de la malédiction de la loi, étant devenu malédiction pour nous - car il est écrit: Maudit est quiconque est pendu au bois. Galates 3: 13)

Tout cela quoiqu'il ait été reconnu innocent par l'autorité romaine du pays!

La condamnation d'un innocent n'est-elle pas une des plus grandes injustices qui puissent nous faire bouillir intérieurement et nous pousser à manifester notre colère si nous n'avons pas une parfaite maîtrise de nous?

Le Père céleste n'aurait-il pas eu raison de montrer sa fureur envers ceux qui avaient condamné et rejeté son Fils?

Mais ce n'est pas ce crime qui réclamera la vengeance impitoyable de l'Agneau ressuscité d'entre les morts: il est venu de lui-même pour s'offrir volontairement afin que, par LUI, nous recevions le pardon de nos péchés.

Vous avez renié le Saint et le Juste, et vous avez demandé qu'on vous accordât la grâce d'un meurtrier.

Vous avez fait mourir le Prince de la vie, que Dieu a ressuscité des morts...

... je sais que vous avez agi par ignorance, ainsi que vos chefs.

Mais Dieu a accompli de la sorte ce qu'il avait annoncé d'avance par la bouche de tous ses prophètes, que son Christ devait souffrir.

Repentez-vous donc et convertissez-vous, pour que vos péchés soient effacés... Actes 3:14 et suivants

Il faut bien plus que cela pour que notre Dieu et son Fils manifestent leur colère, il faut plus que la mort d'un innocent, plus que la mort du Fils de Dieu!

Plus, parce que Dieu est lent à la colère. Non pas qu'il mette du temps à réagir, à comprendre, mais simplement il use de patience envers chacun d'entre nous. Une patience dont nous nous servons parfois en croyant qu'il finit par accepter nos travers, qu'il s'y habitue, en pensant qu'il va continuer à nous bénir même si nous ne voulons pas obéir.
    Photo
    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique