• Staurus ! Partie 2

    Stauros

    Stauros, mot grec indiquant un pieu ou une poutre. Un staurosn’indique jamais un crux ou une croix. L’origine du crux alias la croix associée à Christ provient de Constantin. Yahou-Christ est mort sur un stauros, pas une croix ou un crux. Une croix alias un crux n'est pas un stauros !


    Constantin, empereur romain élevé au rang des apôtres parmegas po.ne spirituelle est à l’origine de la remise en vigueur d’un très ancien symbole païen : Le " T " de Tammouz devenu un crux soit une croix 


    Yahou-Christ est mort sur un stauros et non pas sur une croix.

    Une croix est un ensemble de deux poutres dont l'une est verticale et l’autre horizontale. Photos de croix 

    Un stauros est une seule pièce de bois : Photos de pieux de bois 

    A découvrir: Remplacez les cordes par des clous et vous aurez l'image d'un "stauroïsé" 


    Origine de la croix comme symbole religieux païen :
    Voir le livre "les Deux Babylones"de Alexandre Hislop qui traite le sujet des pages 298 à 310 "
    Ce qu'on appelle maintenant la croix du christianisme, n'était nullement à l'origine un emblème chrétien, c'était le Tau mystique des Chaldéens et des Egyptiens, la vrai forme première de la lettre "T", l'initiale du nom de Tammouz, qui en hébreu, est absolument la même que dans l'ancien chaldéen. (...) Layard à trouvé à Ninive la croix de Malte comme emblème sacré."

    Voir les sites Internet sur ce sujet, 
    La Lettre Chrétienne a trouvé celui-ci qui est un bon résumé de ce que peu de Chrétiens connaissent à ce sujet. 
    http://ydrat.free.fr/Th%E8mes/Croix.htm

    Copié/collé de la source suivante 
     
    CRUX. Tel est le mot latin qui est utilisé pour parler de l'instrument de supplice du Christ sur lequel il est mort le 14 nisan de l'an 33 de notre ère. C'est de ce terme que le mot "croix" est tiré. 
     
    De fait, pas une représentation de la mort du Christ ne fait abstraction de la croix. Pas une ? Si, une, et cela s'est passé à Carthagène, en Espagne, il y a quelques décénies. Une image de la Semaine sainte représentait Jésus non pas sur une croix, mais sur un simple poteau sans traverse. S'agirait-il d'une erreur ? 
     
    Les termes originaux 
     
    Si un artiste avait assisté à la mort du Christ au Golgotha, il aurait pu nous laisser un témoignage artistique authentique. Mais, ce n'est pas le cas. En revanche, nous disposons d'un autre témoignage fiable : celui de Jean, ' le disciple que Jésus aimait ' et qui fut présent lors de cet événement particulièrement important (Jean 19:25-30). Il savait donc sur quel instrument Jésus est mort. Comment en a-t-il parlé ? 
     
    Pour désigner l'instrument de supplice de Jésus, Jean utilisa le mot grec stauros, traduit par "poteau de supplice" dans la Traduction du monde nouveau (Jean 19:17, 19, 25). Que ce soit dans le grec classique ou commun des Ecritures Grecques, le mot stauros désigne fondamentalement un poteau ou pieu vertical sans traverse.
     
    Concernant ce mot, un dictionnaire biblique (The Interpreter’s Dictionary of the Bible) déclare : "Littéralement un poteau, un pieu ou une perche verticale [...]. Comme instrument d'exécution, la croix était un poteau fiché verticalement dans le sol. Souvent, mais pas toujours, une pièce horizontale était attachée à la partie verticale." 
     
    Un autre ouvrage de référence déclare : "Le stauros, mot grec traduit par croix, signifie littéralement un poteau, un pieu vertical ou une pièce de bois sur laquelle on peut accrocher quelque chose ou que l'on peut utiliser pour clôturer un terrain. [...] Même chez les Romains, la crux (d'où vient le mot français croix) était à l'origine un pieu vertical qui en est toujours la partie la plus importante.' - The Interpreter’s Dictionary of the Bible. 
     
    On notera avec intérêt que les Ecritures désignent parfois l'instrument de supplice par le mot xulon, qu'un lexique grec-anglais (Greek-English Lexicon de Liddell et Scott) définit ainsi : "Bois coupé et prêt à être utilisé, bois de chauffage, bois de construction, etc. [...], pièce de bois, bûche, poutre, pieu, [...] gourdin, bâton, [...] poteau sur lequel les criminels étaient empalés [...] bois sur pied, arbre." 
     
    La croix : une origine chrétienne ? 
    Saviez-vous que la croix est bien antérieure au christianisme ? L'Encyclopédie britanique déclare à ce sujet : "Depuis l'aube de la civilisation humaine, la croix, sous sa forme la plus simple, a été utilisée aussi bien comme symbole religieux que comme ornement. Dans pratiquement toutes les parties du monde antique on a trouvé toutes sortes d'objets qui dataient de périodes beaucoup plus anciennes que l'ère chrétienne et sur lesquelles étaient dessinées des croix de différentes formes." (Onzième édition, t. VII, p. 506). Ainsi, contrairement à ce que certains peuvent dire, la croix n'a pas une origine "chrétienne". 
     
    Le Dictionnaire apologétique de la foi catholique reconnaît : "On ne peut nier que la croix ait été employée comme symbole religieux par les païens. On la rencontre sous différentes formes sur un grand nombre de monuments asiatiques, européens et même américains."
     
    Le premier usage de la croix par les chrétiens de nom 
    The Ecclesiastical Review (Baltimore, Maryland ; septembre 1920), numéro 3, page 275, dit ceci : "On peut affirmer avec certitude que c'est seulement après l'édit de Milan en 312 apr. J.C. que la croix fut employée comme signe permanent de notre Rédemption. De Rossi déclare expressément qu'il n'est pas de monogramme du Christ, signe découvert dans les catacombes ou en d'autres endroits, qui remonte à une époque antérieure à l'année 312." [...] Le crucifix le plus ancien qui soit mentionné comme objet de culte public est celui qui est vénéré dans l'Eglise de Narbonne, dans le midi de la France, depuis le sixième siècle." 
     
    Incontestablement, les premiers chrétiens n'utilisaient pas la croix comme signe de leur rédemption. C'est pourquoi les Témoins de Jéhovah ne l'utilisent pas non plus dans leur culte.


    Pour méditer : redécouvrir le "  T " de Tammouz et se poser la question "du pourquoi et du comment" Babylone garde toujours des symboles païens déguisés en des évidences catholiques pour les fidèles de megas po.ne spirituelle et de ses filles spirituelles...


    “ Et il me conduisit à l’entrée de la porte de la maison de Yahouh du côté du septentrion. Et voici, il y avait là des femmes assises, qui pleuraient Thammuz -Tammouz-.” (Ezékiel 8:14 LSG)

     

    “ Celui qui dit: Je l’ai connu, et qui ne garde pas ses commandements, est un menteur, et la vérité n’est point en lui.” (1 Jean 2:4 LSG)

    “ Je leur donnai aussi mes shabbats (Shabbat hebdomadaire, shabbats annuel, années sabbatiques, jubilés) comme un signe (un passeport, une carte d’identité spirituelle) entre moi et eux, pour qu’ils connussent que je suis Yahouh qui les sanctifie.” (Ezékiel 20: 12 TKCP)

    “ Que les fleuves battent des mains, que toutes les montagnes poussent des cris de joie devant Yahouh car il vient pour juger la terre : Il jugera le monde avec justice, et les peuples avec équité.” (Psaumes 98: 8-9 TKCP)

    “ La vache et l’ourse auront un même pâturage, leurs petits un même gîte, et le lion, comme le bœuf, mangera de la paille.” (Esaïe 11:7 LSG)

    “ Yahou lui dit: Je suis le Chemin, la Vérité, et la Vie. Nul ne vient auPERE que par moi.” (Jean 14: 6 TKCP)

    “ Il les a affermis ad et éôlam. Il a donné des lois, et il ne les violera point.” (Psaumes 148: 6 TKCP)




    Proposé par Pascal Didier pour le site La Lettre Chrétienne, le site des Yahoudaïos qui se réfèrent à YHWH (Yahouh) devenu Yahou un fils de l'homme par Miryam, et devenu Yahou Chrestotes (Christ) notre Elohyim sauveur.
    Création fin 2007.



     

    « Les logos des Eglises sataniques ! partie 1Tammouz ! Partie 3 »
    Partager via Gmail Yahoo!

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :